Selon cette enquête, en Europe, ce sont 47% des 18-29 ans (contre 44% en 2007) qui n'ont pas quitté ou qui sont revenus dans le nid familial. L'est du continent est le plus touché par ce phénomène. La hausse a été particulièrement marquée en Hongrie, où un bond de 36 points de pourcentage a été observé, ainsi qu'en Slovénie (+21), en Lituanie (+17) et en Pologne (+15), dans une zone particulièrement touchée par la crise économique. Les "Tanguy" agissent essentiellement de la sorte afin de pouvoir terminer leurs études et mettre de l'argent de côté dans le même temps.

D'autres y sont obligés par leur situation professionnelle. La seule étude menée en Belgique sur ce phénomène l'a été en 2012 pour l'Institut pour un Développement durable. Elle indiquait qu'en 2009, un million des 18-34 ans vivaient (encore) chez leurs parents et que plus de 80% des 18-24 ans étaient dans ce cas de figure. Parmi eux, figuraient une majorité d'étudiants et presque un tiers d'employés à temps-plein.

Selon cette enquête, en Europe, ce sont 47% des 18-29 ans (contre 44% en 2007) qui n'ont pas quitté ou qui sont revenus dans le nid familial. L'est du continent est le plus touché par ce phénomène. La hausse a été particulièrement marquée en Hongrie, où un bond de 36 points de pourcentage a été observé, ainsi qu'en Slovénie (+21), en Lituanie (+17) et en Pologne (+15), dans une zone particulièrement touchée par la crise économique. Les "Tanguy" agissent essentiellement de la sorte afin de pouvoir terminer leurs études et mettre de l'argent de côté dans le même temps. D'autres y sont obligés par leur situation professionnelle. La seule étude menée en Belgique sur ce phénomène l'a été en 2012 pour l'Institut pour un Développement durable. Elle indiquait qu'en 2009, un million des 18-34 ans vivaient (encore) chez leurs parents et que plus de 80% des 18-24 ans étaient dans ce cas de figure. Parmi eux, figuraient une majorité d'étudiants et presque un tiers d'employés à temps-plein.