La Brabançonne offre un moment d'unité nationale en Belgique, selon 64% des Flamands et 70% des Wallons interrogés. Une médaille olympique ou une victoire lors d'un championnat du monde suscite également de la fierté chez 80% des Flamands et 73% des Wallons. Près de deux tiers des Belges (62%) reconnaissent d'ailleurs être (très) fiers des précédents Jeux olympiques et des prestations des Diables Rouges. Au total, 65% accordent (beaucoup) d'importance aux succès dans les sports de haut niveau, plus que dans les réalisations en arts et littérature mais moins que dans les domaines scientifiques, technologiques et économiques. Les Belges espèrent par ailleurs les plus grands succès lors d'une compétition de football (22%), devant l'athlétisme (11%), le tennis et les courses cyclistes sur route (8% tous les deux), puis les sports automobiles (4%). Selon l'étude, le sentiment de fierté de la moitié de la population est également plus important lorsque l'athlète provient de sa propre communauté linguistique. "Ce phénomène peut s'expliquer essentiellement par le simple fait que les gens encouragent des sportifs ou équipes avec lesquels ils ressentent une certaine relation ou partagent quelque chose en commun", analysent les chercheurs. (Belga)

La Brabançonne offre un moment d'unité nationale en Belgique, selon 64% des Flamands et 70% des Wallons interrogés. Une médaille olympique ou une victoire lors d'un championnat du monde suscite également de la fierté chez 80% des Flamands et 73% des Wallons. Près de deux tiers des Belges (62%) reconnaissent d'ailleurs être (très) fiers des précédents Jeux olympiques et des prestations des Diables Rouges. Au total, 65% accordent (beaucoup) d'importance aux succès dans les sports de haut niveau, plus que dans les réalisations en arts et littérature mais moins que dans les domaines scientifiques, technologiques et économiques. Les Belges espèrent par ailleurs les plus grands succès lors d'une compétition de football (22%), devant l'athlétisme (11%), le tennis et les courses cyclistes sur route (8% tous les deux), puis les sports automobiles (4%). Selon l'étude, le sentiment de fierté de la moitié de la population est également plus important lorsque l'athlète provient de sa propre communauté linguistique. "Ce phénomène peut s'expliquer essentiellement par le simple fait que les gens encouragent des sportifs ou équipes avec lesquels ils ressentent une certaine relation ou partagent quelque chose en commun", analysent les chercheurs. (Belga)