Selon Charles Picqué, ministre-président de la Région, 12.000 candidats en moyenne se présentent chaque année aux épreuves mais le taux de réussite oscille seulement entre 10 et 16%, peut-on lire mercredi dans La Libre Belgique et La Dernière Heure. Les aptitudes cognitives éliminent en général 45% des postulants, tout comme l'épreuve de personnalité.

M. Picqué se réjouit toutefois de la "convergence" récente visant à mettre le recrutement de policiers au centre des priorités. "L'insécurité doit être jugulée pour attirer de nouveaux habitants", dit-il.

Selon lui, il y a "10,15 ans", les risques sécuritaires faisaient l'objet de dénonciations, d'abus de pouvoir". Aujourd'hui, alors que seuls 8% des candidats policiers sont bruxellois, la donne s'est modifiée: "Se confirme la nécessité d'une police plus visible, à la présence dissuasive".

LeVif.be, avec Belga.

Selon Charles Picqué, ministre-président de la Région, 12.000 candidats en moyenne se présentent chaque année aux épreuves mais le taux de réussite oscille seulement entre 10 et 16%, peut-on lire mercredi dans La Libre Belgique et La Dernière Heure. Les aptitudes cognitives éliminent en général 45% des postulants, tout comme l'épreuve de personnalité. M. Picqué se réjouit toutefois de la "convergence" récente visant à mettre le recrutement de policiers au centre des priorités. "L'insécurité doit être jugulée pour attirer de nouveaux habitants", dit-il. Selon lui, il y a "10,15 ans", les risques sécuritaires faisaient l'objet de dénonciations, d'abus de pouvoir". Aujourd'hui, alors que seuls 8% des candidats policiers sont bruxellois, la donne s'est modifiée: "Se confirme la nécessité d'une police plus visible, à la présence dissuasive". LeVif.be, avec Belga.