Dans cette lettre ouverte, ces scientifiques, professeurs au sein des différentes universités du pays ou chercheurs, soulignent l'importance de la biodiversité et appellent les décideurs politiques à mener des actions concrètes. "Lorsque nous détruisons la nature, nous détruisons l'infrastructure même sur laquelle sont bâties nos sociétés", ajoutent-ils. La lettre est publiée le jour de la sortie d'un rapport de l'IPBES - l'organisme scientifique mondial indépendant sur la biodiversité regroupant plus de 130 gouvernements - sur l'état de la vie sur Terre. Celui-ci pointe clairement la responsabilité de l'être humain. "Nous rasons nos forêts, pêchons trop de poissons, polluons nos rivières, dégradons nos sols, aspergeons nos champs de pesticides et déréglons notre climat. Tous ces comportements constituent une menace immédiate pour la vie sur Terre, y compris la nôtre", écrivent les scientifiques. Les signataires de cet "appel pour la nature" demandent notamment aux politiques de "cesser de financer les activités qui détruisent la nature", "mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des terres", "protéger nos océans et notre vie marine, en particulier contre les plastiques", "encourager la transition vers des pratiques agricoles durables" et "mettre en oeuvre l'Accord de Paris pour enrayer le dérèglement climatique." (Belga)