Le World Education Program (WEP) emmènera plus de 520 jeunes en immersion à l'étranger, qui seront accueillis dans une famille et suivront les cours d'une école locale pour un trimestre, un semestre ou même l'année entière. L'an dernier, ils étaient 570, un chiffre qui baisse dès lors légèrement "mais cela varie toujours un peu", souligne Adrien Buntinx, responsable communication du WEP.

Parmi ces aventuriers, près de 200 sont toujours en secondaire et 10 sont même âgés de 14 ans à peine. Ils représentent 40% des participants du WEP, un nombre en croissance grâce au succès d'Expedis qui permet aux élèves de 3e, 4e, 5e et 6e secondaire de partir entre un et dix mois pour suivre leurs études à l'étranger ou dans une autre communauté linguistique de Belgique.

AFS Belgique compte lui 102 jeunes ayant faim de découverte d'autres cultures. "C'est une bonne année", commente-ton chez cet organisme agréé par la FWB. Ici, il s'agit d'un échange: des jeunes Belges sont envoyés à l'étranger (ou en Flandre) et l'organisme accueille d'autres étudiants. Il n'y a toutefois pas réciprocité obligatoire: si un jeune part, sa famille ne sera pas contrainte d'accueillir un étudiant en retour.

C'est le même principe chez Youth for understanding (YFU) Bruxelles-Wallonie, qui enverra cette année une quarantaine d'étudiants à l'étranger et en accueillera une cinquantaine. Le programme d'échange interculturel est destiné aux jeunes âgés de 15 à 21 ans, soit pendant leurs études secondaires, soit pour réaliser une deuxième rhéto ou entamer une année dans l'enseignement supérieur à l'étranger.

Du côté des destinations, les pays anglophones ont la cote partout: les Etats-Unis et le Canada sont particulièrement populaires. YFU et AFS Belgique notent également un succès pour le Danemark. Pour AFS, cela s'explique parce que le programme proposé est unique, les étudiants étant accueillis dans un collège international. La Flandre a également son petit succès.