Au cours de l'année 2016-2017, 539 dossiers ont été ouverts, un chiffre en hausse de 39 % par rapport à l'année précédente. Depuis la mise en place de ce numéro gratuit "École et Parent" en 2012 par la direction générale de l'Enseignement obligatoire, jamais autant d'appels n'avaient été enregistrés en un an.

Quelque 377 (70 %) des 539 dossiers traités l'an dernier ont eu pour motif l'énonciation d'un fait vécu comme violent. Parmi ceux-ci, 64 % ont été enregistrés comme un fait de violence psychologique, 22 % comme relatifs à de la violence physique et 7 % à de la violence verbale.

D'autres types de faits de violence ont été également rapportés mais dans des proportions moindres : violences sexuelle, institutionnelle et matérielle, ainsi que des faits de discrimination et cyberviolence. Près de 20 % des appels restants étaient par ailleurs catégorisés comme plainte.

Sur l'ensemble des appels, 83 % aboutissent à l'orientation vers un service interne ou externe au ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles après le travail d'écoute.

Au cours de l'année 2016-2017, 539 dossiers ont été ouverts, un chiffre en hausse de 39 % par rapport à l'année précédente. Depuis la mise en place de ce numéro gratuit "École et Parent" en 2012 par la direction générale de l'Enseignement obligatoire, jamais autant d'appels n'avaient été enregistrés en un an. Quelque 377 (70 %) des 539 dossiers traités l'an dernier ont eu pour motif l'énonciation d'un fait vécu comme violent. Parmi ceux-ci, 64 % ont été enregistrés comme un fait de violence psychologique, 22 % comme relatifs à de la violence physique et 7 % à de la violence verbale. D'autres types de faits de violence ont été également rapportés mais dans des proportions moindres : violences sexuelle, institutionnelle et matérielle, ainsi que des faits de discrimination et cyberviolence. Près de 20 % des appels restants étaient par ailleurs catégorisés comme plainte. Sur l'ensemble des appels, 83 % aboutissent à l'orientation vers un service interne ou externe au ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles après le travail d'écoute.