En 2014, une diminution du nombre de retours volontaires avait été observée, à la suite d'une baisse du nombre total de demandes d'asile en 2012 et 2013. La tendance s'est toutefois inversée dans le courant de 2015, avec un pic au mois d'octobre. Plus d'un millier d'Irakiens sont notamment rentrés au pays, alors qu'ils n'étaient qu'une cinquantaine en 2014. Selon le secrétaire d'Etat, la collaboration avec l'ambassade irakienne en matière de retours volontaires fonctionne bien. Ce qui serait moins le cas en revanche pour les retours forcés. "Mais nous y travaillons", précise-t-il. Theo Francken avait déjà défini en juillet un plan composé de 10 points, en lien avec les retours volontaires. La semaine prochaine, il présentera au gouvernement un nouveau paquet de mesures. Dans la même commission de la Chambre, Francken a indiqué que seuls 8 demandeurs d'asile ont accepté la proposition visant à les encourager, par l'octroi de chèques-repas, à séjourner chez des amis ou des membres de leur famille, dans le but de libérer de l'espace dans les centres d'accueil. (Belga)

En 2014, une diminution du nombre de retours volontaires avait été observée, à la suite d'une baisse du nombre total de demandes d'asile en 2012 et 2013. La tendance s'est toutefois inversée dans le courant de 2015, avec un pic au mois d'octobre. Plus d'un millier d'Irakiens sont notamment rentrés au pays, alors qu'ils n'étaient qu'une cinquantaine en 2014. Selon le secrétaire d'Etat, la collaboration avec l'ambassade irakienne en matière de retours volontaires fonctionne bien. Ce qui serait moins le cas en revanche pour les retours forcés. "Mais nous y travaillons", précise-t-il. Theo Francken avait déjà défini en juillet un plan composé de 10 points, en lien avec les retours volontaires. La semaine prochaine, il présentera au gouvernement un nouveau paquet de mesures. Dans la même commission de la Chambre, Francken a indiqué que seuls 8 demandeurs d'asile ont accepté la proposition visant à les encourager, par l'octroi de chèques-repas, à séjourner chez des amis ou des membres de leur famille, dans le but de libérer de l'espace dans les centres d'accueil. (Belga)