La pandémie s'accélère en Afrique, avec quelque 750.000 cas et plus de 15.000 décès sur le continent, avertit l'OMS. "La croissance que nous observons exerce une pression de plus en plus forte sur les services de santé du continent", a déclaré la directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, Matshidiso Moeti. "Cela a des conséquences très réelles pour les personnes qui y travaillent", a-t-elle ajouté. Les informations sur les infections des travailleurs dans le secteur de la santé en Afrique sont limitées. Tous les pays ne communiquent en effet pas de statistiques à l'OMS. Les premières données montrent cependant que les soignants représentent plus de 5% des cas dans 14 pays d'Afrique subsaharienne. En cause pour Matshidiso Moeti: le manque d'équipements de protection, ainsi que la faiblesse des mesures de prévention et de contrôle. La demande accrue d'équipements de protection et les restrictions de voyage dans le monde ont provoqué des pénuries, affirme l'organisation. Toutefois, 41 millions d'éléments de protection sont prêts à être expédiés de Chine pour couvrir les besoins de 47 pays africains. Les premières livraisons sont prévues ce week-end. Seuls 16% des 30.000 cliniques et hôpitaux évalués par l'OMS sur le continent disposent de mesures suffisantes pour prévenir et contrôler les infections. De nombreux centres ne sont pas équipés pour éviter la surpopulation, a également alerté l'OMS. Moins de 8% peuvent isoler des patients et à peine un tiers dispose de capacité de triage. (Belga)

La pandémie s'accélère en Afrique, avec quelque 750.000 cas et plus de 15.000 décès sur le continent, avertit l'OMS. "La croissance que nous observons exerce une pression de plus en plus forte sur les services de santé du continent", a déclaré la directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, Matshidiso Moeti. "Cela a des conséquences très réelles pour les personnes qui y travaillent", a-t-elle ajouté. Les informations sur les infections des travailleurs dans le secteur de la santé en Afrique sont limitées. Tous les pays ne communiquent en effet pas de statistiques à l'OMS. Les premières données montrent cependant que les soignants représentent plus de 5% des cas dans 14 pays d'Afrique subsaharienne. En cause pour Matshidiso Moeti: le manque d'équipements de protection, ainsi que la faiblesse des mesures de prévention et de contrôle. La demande accrue d'équipements de protection et les restrictions de voyage dans le monde ont provoqué des pénuries, affirme l'organisation. Toutefois, 41 millions d'éléments de protection sont prêts à être expédiés de Chine pour couvrir les besoins de 47 pays africains. Les premières livraisons sont prévues ce week-end. Seuls 16% des 30.000 cliniques et hôpitaux évalués par l'OMS sur le continent disposent de mesures suffisantes pour prévenir et contrôler les infections. De nombreux centres ne sont pas équipés pour éviter la surpopulation, a également alerté l'OMS. Moins de 8% peuvent isoler des patients et à peine un tiers dispose de capacité de triage. (Belga)