"On espère être 600 ou 700 ici à Bruxelles aujourd'hui. On veut la fermeture des abattoirs pour un monde plus juste pour les plus faibles, et donc entre autres pour les animaux", a expliqué à l'agence Belga sur place Benjamin Loison, co-directeur de l'organisation Bite Back, qui défend les droits des animaux et leur liberté. "Si on veut un monde plus juste pour les animaux aussi, ça veut dire qu'on ne doit pas les percevoir comme objet ou comme nourriture. Cela conduit selon nous à la nécessité de fermer les abattoirs", a-t-il expliqué. Les manifestants ont entamé une marche dès 14h00 dimanche, en partant du Carrefour de l'Europe, devant la Gare Centrale à Bruxelles, pour passer ensuite par le boulevard Pacheco, le Botanique, la rue Neuve, la place de la Monnaie et le boulevard de l'Impératrice. Devant la Monnaie s'organisera un gigantesque "die-in" (simulation de la mort). Des centaines de personnes se coucheront sur le sol, en silence, afin de symboliser la mort des animaux. Les manifestants revendiquent l'abolition de l'élevage, de la pêche et des abattoirs. Ils estiment que la consommation de produits d'origine animale n'est pas une nécessité et que les animaux, sensibles, ne devraient pas être maltraités ou tués sans nécessité. (Belga)