"Je préfère rester un peu dans l'ombre" Bart Dedeckere, responsable de production en marketing et évènements.
...

"Je préfère rester un peu dans l'ombre" Bart Dedeckere, responsable de production en marketing et évènements. Cela a commencé comme une blague. Fut un temps où j'avais le pied un peu lourd sur la pédale avec de solides amendes à la clé. Lorsque les plaques personnalisées ont été lancées, j'ai tout de suite su ce que je voulais. ONBEKEND ( inconnu) . Car si les policiers me flashaient, cela pouvait au moins les faire sourire, non ? Et puis c'est unique, c'est raccord avec ce que je suis. Je préfère rester dans l'ombre. Cependant cela ne m'a pas encore apporté de vrai avantage. Et puis je roule moins vite. Avec les années, on se rend mieux compte des risques que l'on prend et du danger que l'on représente pour les autres. Je suis tellement content de ma plaque que j'ai même investi dans une deuxième et je me tâte pour m'en offrir une troisième. Car en plus de ma Renault Clio, j'ai aussi une Renault R4 avec une plaque XL. La combinaison est rigolote non ? Si j'en prends une troisième ce sera "PORTUGAL". J'aime ce pays et ma copine est portugaise. De toute façon, c'est un truc de famille. Mon oncle a SEACOAST et mon grand-père OOSTENDE. Certains peuvent trouver un peu fou de dépenser 1000 euros pour une plaque, mais je trouve qu'une telle plaque c'est la touche finale de sa voiture. "Je ne pars quand même jamais en vacances", Marc De Smedt, qui travaille au secrétariat d'élève de Technigo à Alost. "Au départ, l'idée était d'acheter avec un ami une plaque personnalisée. Il a sa propre entreprise. Je trouvais marrant que je prenne DENBARON et lui DEPATRON. Sauf qu'il n'a pas voulu dépenser autant d'argent pour une plaque. Moi aussi je me suis laissé la nuit pour y réfléchir, car après tout 1000 euros ce n'est pas rien pour un simple employé comme moi. Mais comme je ne pars jamais en vacances, je me suis dit "pourquoi pas ?"."Den baron" était mon surnom quand j'étais jeune. Nous étions trois : De witte (le blanc), den butcher (le boucher) et den baron ( le baron). Pourquoi on m'appelait comme ça je ne sais pas. Je ne viens pas d'une famille riche et je ne suis pas un dikkenek. Quoi qu'il en soit ma plaque m'a déjà apporté beaucoup de plaisir. Beaucoup de personnes lèvent leur pouce lorsqu'elles me voient passer. Je vois aussi parfois des gens qui se font des coups de coude lorsqu'ils aperçoivent ma plaque. A l'école tout le monde me reconnait et m'apostrophe avec des "super plaque, monsieur !". Ou "nous avons encore aperçu DENBARON à Alost, monsieur". Non, vraiment, je n'ai jamais reçu de réactions négatives. "Je suis un seigneur dans la circulation", Philippe Van Huyck, adjudant-chef dans l'armée de l'airJ'ai choisi cette plaque pour plusieurs raisons. La première c'est qu'en 1982, lorsque j'ai rejoint l'armée, les Schtroumpfs ont fait leur apparition à la télé. Et comme nos uniformes sont bleus et qu'avec mon mètre 65, j'étais le plus petit du peloton, on m'a vite affublé de ce surnom. Presque tout le monde à la Défense me connaît par ce nom, même au cabinet du ministre Steven Vandeput (N-VA). Début 2015, après une rupture difficile, j'ai décidé d'en faire aussi ma plaque personnelle. Je me suis offert cette plaque comme un petit remontant pour mon moral. Sur l'autoroute, les conducteurs et leurs passagers me font souvent des signes. Je peux comprendre que pour certains, ceux qui ont une plaque personnalisée sont un peu les bandits de la route, mais il n'en est rien. Je suis un vrai seigneur sur la route. J'ai payé 1000 euros à l'époque pour ma plaque, mais j'aurais aussi pu en mettre 2000. Sur 20 ans, c'est quatre euros par mois. Qui ne peut se passer de ça ?"