La proposition d'ordonnance a été amendée à l'aide du contenu de l'accord auquel a abouti jeudi le gouvernement bruxellois. Celui-ci porte sur une solution valable jusqu'au 22 juillet prochain et qui est assortie de plusieurs conditions. Le MR et le cdH, qui avaient rejoint plusieurs formations de la majorité au moment du dépôt de la proposition sparadrap initiale, ont pris leurs distances avec la formule adoptée par la majorité, et intégrant l'accord du gouvernement. Comme Cieltje Vanachter (N-VA), David Weytsman (MR) et Christophe De Beukelaer (cdH) ont critiqué l'attitude du gouvernement Vervoort qui, depuis des années, n'a selon eux pas fait la moindre avancée dans le dossier des taxis à Bruxelles. Le PTB n'a pas franchement soutenu la proposition non plus, mais il a tenu un discours radicalement opposé à celui du MR et du cdH. Pour la formation d'extrême gauche, les signataires de la première proposition ont dansé comme Uber chante au mépris des chauffeurs. La solution du gouvernement bruxellois n'a pas significativement fait reculer les multinationales. Les représentants des groupes de la majorité se sont, quant à eux, félicités de la solution adoptée par le gouvernement. Pour Marc Loewenstein (Défi), premier signataire de la proposition sparadrap initiale, le texte amendé a été amélioré à la fois par la prise en compte des remarques du Conseil d'Etat et du travail du gouvernement. "Soulagé de voir écartée la solution imaginée par Uber", Jamal Ikazban (PS) a annoncé qu'il co-signerait la proposition d'ordonnance amendée, tout comme Hicham Talhi (Ecolo). (Belga)

La proposition d'ordonnance a été amendée à l'aide du contenu de l'accord auquel a abouti jeudi le gouvernement bruxellois. Celui-ci porte sur une solution valable jusqu'au 22 juillet prochain et qui est assortie de plusieurs conditions. Le MR et le cdH, qui avaient rejoint plusieurs formations de la majorité au moment du dépôt de la proposition sparadrap initiale, ont pris leurs distances avec la formule adoptée par la majorité, et intégrant l'accord du gouvernement. Comme Cieltje Vanachter (N-VA), David Weytsman (MR) et Christophe De Beukelaer (cdH) ont critiqué l'attitude du gouvernement Vervoort qui, depuis des années, n'a selon eux pas fait la moindre avancée dans le dossier des taxis à Bruxelles. Le PTB n'a pas franchement soutenu la proposition non plus, mais il a tenu un discours radicalement opposé à celui du MR et du cdH. Pour la formation d'extrême gauche, les signataires de la première proposition ont dansé comme Uber chante au mépris des chauffeurs. La solution du gouvernement bruxellois n'a pas significativement fait reculer les multinationales. Les représentants des groupes de la majorité se sont, quant à eux, félicités de la solution adoptée par le gouvernement. Pour Marc Loewenstein (Défi), premier signataire de la proposition sparadrap initiale, le texte amendé a été amélioré à la fois par la prise en compte des remarques du Conseil d'Etat et du travail du gouvernement. "Soulagé de voir écartée la solution imaginée par Uber", Jamal Ikazban (PS) a annoncé qu'il co-signerait la proposition d'ordonnance amendée, tout comme Hicham Talhi (Ecolo). (Belga)