Interrogé mardi matin par la Première (RTBF), lors de l'émission "la Matinale", le Premier ministre Charles Michel a déploré cette absence, laissant entendre que cela ne le dévierait pas de sa volonté d'établir une concertation à propos de ce plan avec ceux qui le souhaitent.

Selon le Soir, le PS a déploré, lundi, une "opération de propagande", n'ayant toujours pas reçu la moindre information, ni le moindre document. "C'est carrément le contraire de la coopération comme nous l'entendons, qui est nécessaire bien entendu pour la relance et l'investissement", y a-t-on indiqué, selon le quotidien.

Plantant le décor de la présentation du rapport sur le PNIS, sur les ondes de la Première - "Je veux faire de la Belgique un eldorado stratégique... Il y a un tandem magique: des emplois supplémentaires et des investissements" -, le Premier ministre Charles Michel a déploré ce choix, mardi matin.

"Deux ministres ont fait un choix de boycott. C'est regrettable. Je veillerai à continuer avec tous ceux qui le souhaitent, notamment, dans quelques jours, au comité de concertation", a dit Charles Michel.

Interrogé mardi matin par la Première (RTBF), lors de l'émission "la Matinale", le Premier ministre Charles Michel a déploré cette absence, laissant entendre que cela ne le dévierait pas de sa volonté d'établir une concertation à propos de ce plan avec ceux qui le souhaitent. Selon le Soir, le PS a déploré, lundi, une "opération de propagande", n'ayant toujours pas reçu la moindre information, ni le moindre document. "C'est carrément le contraire de la coopération comme nous l'entendons, qui est nécessaire bien entendu pour la relance et l'investissement", y a-t-on indiqué, selon le quotidien. Plantant le décor de la présentation du rapport sur le PNIS, sur les ondes de la Première - "Je veux faire de la Belgique un eldorado stratégique... Il y a un tandem magique: des emplois supplémentaires et des investissements" -, le Premier ministre Charles Michel a déploré ce choix, mardi matin. "Deux ministres ont fait un choix de boycott. C'est regrettable. Je veillerai à continuer avec tous ceux qui le souhaitent, notamment, dans quelques jours, au comité de concertation", a dit Charles Michel.