Les voitures à moteur thermique sont donc appelées à disparaitre de la ville. "La nouvelle annonce phare du gouvernement bruxellois est impossible à mettre en ?uvre sans être accompagnée d'un plan d'action fort et clair", pointe la Febiac, qui estime justement que les autorités bruxelloises sont imprécises sur ce point. L'industrie automobile investit "massivement" pour produire des voitures électriques ou hybrides, mais "Bruxelles accuse un retard considérable (...) en ce qui concerne le déploiement de l'infrastructure de recharge", entre autres, estime la fédération. Il n'y aurait actuellement pas de plan ou de budget pour résorber ce retard. Febiac regrette aussi que le gouvernement ne "tienne aucun compte" de moteurs à combustion qui deviennent moins polluants grâce à des carburants "nouveaux, synthétiques ou renouvelables". (Belga)