Louant le travail des services de renseignement, M. Kerry a souligné que "l'expertise de toute la communauté (du renseignement) vérifiée, re-vérifiée et re-re-vérifiée était arrivée à la conclusion que le gouvernement russe était impliqué dans une tentative concertée d'influencer et d'interférer dans l'intégrité de notre processus électoral". Mais pourquoi ne pas l'avoir dénoncé publiquement avant le 8 novembre? "Cela a été mené avec une très grande prudence pour ne pas laisser des gens prétendre que le président, la Maison Blanche et la communauté du renseignement tentaient d'une manière ou d'une autre de peser sur le résultat de l'élection". Refusant d'accuser Moscou d'"acte de guerre" comme l'a fait cette semaine le sénateur républicain John McCain, le secrétaire d'Etat sortant a qualifié de "sujet très grave" le piratage informatique qu'aurait conduit Moscou contre des responsables du parti démocrate pour tenter de perturber la présidentielle. (Belga)

Louant le travail des services de renseignement, M. Kerry a souligné que "l'expertise de toute la communauté (du renseignement) vérifiée, re-vérifiée et re-re-vérifiée était arrivée à la conclusion que le gouvernement russe était impliqué dans une tentative concertée d'influencer et d'interférer dans l'intégrité de notre processus électoral". Mais pourquoi ne pas l'avoir dénoncé publiquement avant le 8 novembre? "Cela a été mené avec une très grande prudence pour ne pas laisser des gens prétendre que le président, la Maison Blanche et la communauté du renseignement tentaient d'une manière ou d'une autre de peser sur le résultat de l'élection". Refusant d'accuser Moscou d'"acte de guerre" comme l'a fait cette semaine le sénateur républicain John McCain, le secrétaire d'Etat sortant a qualifié de "sujet très grave" le piratage informatique qu'aurait conduit Moscou contre des responsables du parti démocrate pour tenter de perturber la présidentielle. (Belga)