"Après consultation avec Els Ampe, nous ne réagissons pas et nous ne faisons pas de commentaires sur la procédure. C'était déjà le cas lors de procédures judiciaires précédentes (en octobre), car tout ce que nous disons peut être utilisé contre nous", a expliqué Peter Gorlé, porte-parole du cabinet de l'échevine. "Le plan sera évalué en permanence, ce sont une série d'adaptations que nous avons menées début janvier car il n'y avait pas de raisons d'attendre. La phase de test dure jusque fin février, début mars et des adaptations sont possibles. Rien n'est encore clos", explique encore le porte-parole. (Belga)

"Après consultation avec Els Ampe, nous ne réagissons pas et nous ne faisons pas de commentaires sur la procédure. C'était déjà le cas lors de procédures judiciaires précédentes (en octobre), car tout ce que nous disons peut être utilisé contre nous", a expliqué Peter Gorlé, porte-parole du cabinet de l'échevine. "Le plan sera évalué en permanence, ce sont une série d'adaptations que nous avons menées début janvier car il n'y avait pas de raisons d'attendre. La phase de test dure jusque fin février, début mars et des adaptations sont possibles. Rien n'est encore clos", explique encore le porte-parole. (Belga)