C'est ce récit que véhicule la tirade du bourgmestre de Herve : par le règne sans partage de ses idées, une gauche tyrannique aurait conquis, comme dirait feu Antonio Gramsci, une hégémonie culturelle par laquelle elle dicterait une loi d'acier aux esprits faibles et à tous les autres. Les vrais résistants, les authentiques défenseurs des opprimés, les rebelles certifiés, les minoritaires qui n'ont pas peur de déplaire, alors, seraient les Eric Zemmour et les Alain Destexhe, les Alain Courtois et les Drieu Godefridi, les Theo Francken et, oui, les Jeholet, ces maquisards scarifiés d'une droite qui se rengorge de ...