Le prêtre Teresito Suganob et le second captif ont retrouvé leur liberté samedi près d'une mosquée reprise par les troupes gouvernementales dans la ville de Marawi, au sud du pays à 800 km de la capitale Manille, théâtre de la répression d'une insurrection islamiste. "Il a été sauvé par nos hommes sur le terrain", a confirmé le conseiller présidentiel pour la paix Jesus Dureza. "Je ne dispose pas encore des détails complets, mais il est confirmé que nous l'avons". M. Suganob faisait partie des 200 résidents de Marawi, tenu en captivité par les militants islamistes depuis qu'ils ont assiégé la ville le 23 mai dernier. Les militaires estiment que les terroristes détiennent encore quelque 40 captifs, dont certains ont été forcés aux combats. Les troupes ont repris deux importants bastions tenus par les militants à Marawi, après cinq heures de combats samedi, a affirmé samedi la défense. "Ces gains énormes affaiblissent le groupe terroriste qui a perdu son centre de contrôle et de commande", a annoncé le chef des armées, le général Eduardo Ano. Le conflit au sud de l'archipel des Philippines a déjà fait 900 morts, principalement des militants suspectés, et forcés un demi million de résidents à fuir. (Belga)

Le prêtre Teresito Suganob et le second captif ont retrouvé leur liberté samedi près d'une mosquée reprise par les troupes gouvernementales dans la ville de Marawi, au sud du pays à 800 km de la capitale Manille, théâtre de la répression d'une insurrection islamiste. "Il a été sauvé par nos hommes sur le terrain", a confirmé le conseiller présidentiel pour la paix Jesus Dureza. "Je ne dispose pas encore des détails complets, mais il est confirmé que nous l'avons". M. Suganob faisait partie des 200 résidents de Marawi, tenu en captivité par les militants islamistes depuis qu'ils ont assiégé la ville le 23 mai dernier. Les militaires estiment que les terroristes détiennent encore quelque 40 captifs, dont certains ont été forcés aux combats. Les troupes ont repris deux importants bastions tenus par les militants à Marawi, après cinq heures de combats samedi, a affirmé samedi la défense. "Ces gains énormes affaiblissent le groupe terroriste qui a perdu son centre de contrôle et de commande", a annoncé le chef des armées, le général Eduardo Ano. Le conflit au sud de l'archipel des Philippines a déjà fait 900 morts, principalement des militants suspectés, et forcés un demi million de résidents à fuir. (Belga)