"Une dangereuse éruption est possible dans les heures ou les jours qui viennent", a averti l'agence sismologique nationale, alors que le Taal, situé à 65 km au sud de la capitale, a craché dimanche un énorme nuage de cendres. Des mouvements de lave ont également été enregistrés. Les vols au départ et à destination de l'aéroport Ninoy Aquino de Manille ont été annulés, le nuage de cendres ayant atteint la hauteur de 1,5 km. Plus de 2.000 habitants vivant sur l'île où se trouve le Taal, située au milieu d'un lac, une zone très appréciée des touristes, ont été évacués par mesure de sécurité, ont indiqué les autorités locales. Les habitants d'une île voisine pourraient également être évacués si la situation empire, a précisé Renato Solidum, chef de l'Institut de volcanologie et sismologie des Philippines. "La cendre a déjà atteint Manille. C'est dangereux si les gens l'inhalent", a-t-il dit à l'AFP. La dernière éruption du Taal date de 1977, a-t-il précisé. (Belga)

"Une dangereuse éruption est possible dans les heures ou les jours qui viennent", a averti l'agence sismologique nationale, alors que le Taal, situé à 65 km au sud de la capitale, a craché dimanche un énorme nuage de cendres. Des mouvements de lave ont également été enregistrés. Les vols au départ et à destination de l'aéroport Ninoy Aquino de Manille ont été annulés, le nuage de cendres ayant atteint la hauteur de 1,5 km. Plus de 2.000 habitants vivant sur l'île où se trouve le Taal, située au milieu d'un lac, une zone très appréciée des touristes, ont été évacués par mesure de sécurité, ont indiqué les autorités locales. Les habitants d'une île voisine pourraient également être évacués si la situation empire, a précisé Renato Solidum, chef de l'Institut de volcanologie et sismologie des Philippines. "La cendre a déjà atteint Manille. C'est dangereux si les gens l'inhalent", a-t-il dit à l'AFP. La dernière éruption du Taal date de 1977, a-t-il précisé. (Belga)