Le collectif Bruxelles Zone Antifasciste préparait une contre-manifestation via les réseaux sociaux. Il relevait que cette marche dite citoyenne contre les récentes émeutes était en fait organisée par l'extrême droite, notamment par Frédéric Erens, actuel responsable du Vlaams Belang à Bruxelles. Des membres du Vlaams Belang, de Nation, des nationalistes autonomes flamands, des membres du Voorpost avient entre autres annoncé leur présence. Le bourgmestre avait déjà interdit la semaine passée la manifestation du collectif "Campagne Stop Répression" place Rouppe contre les violences survenues dans le centre de la capitale le 11 novembre à l'issue de la qualification du Maroc pour la Coupe du monde de football. Philippe Close avait alors déclaré vouloir éviter de nouveaux troubles. (Belga)

Le collectif Bruxelles Zone Antifasciste préparait une contre-manifestation via les réseaux sociaux. Il relevait que cette marche dite citoyenne contre les récentes émeutes était en fait organisée par l'extrême droite, notamment par Frédéric Erens, actuel responsable du Vlaams Belang à Bruxelles. Des membres du Vlaams Belang, de Nation, des nationalistes autonomes flamands, des membres du Voorpost avient entre autres annoncé leur présence. Le bourgmestre avait déjà interdit la semaine passée la manifestation du collectif "Campagne Stop Répression" place Rouppe contre les violences survenues dans le centre de la capitale le 11 novembre à l'issue de la qualification du Maroc pour la Coupe du monde de football. Philippe Close avait alors déclaré vouloir éviter de nouveaux troubles. (Belga)