M. Close était interpellé par des conseillers communaux des différentes formations de l'opposition (C. Barzin-MR; M. Vanden Borre-N-VA; E. Ampe-Open Vld; B. Debaets-CD&V; et Riet Dhont-PTB) à propos des problèmes d'insécurité à répétition observés dans cette zone centrale de Bruxelles. Selon le bourgmestre, le gros des problèmes apparait la nuit. C'est le fait de personnes en errance et/ou en séjour illégal et qui provoquent des nuisances sonores, sont en état d'ébriété, se débarrassent de déchets, mais commettent aussi une série d'autres infractions. Face à cela, la police a renforcé sa présence, avec et sans uniforme, à pied, à vélo et à bord de véhicules sur l'axe nord-sud depuis la place De Brouckère jusqu'à Lemonnier. Des actions et projets ont également été menés en collaboration avec le parquet, en ce compris des opérations de contrôles d'identité systématiques menées en des endroits et à des moments prédéterminés. D'autres ont été menées avec la STIB dans les stations de métros et aux arrêts situés à leur proximité. Tout en faisant comprendre que ce n'était pas terminé, le bourgmestre a précisé que le nombre d'arrestations judiciaires était passé de 515 pour toute l'année 2018 à 605 sur les huit premiers mois de l'année 2019, dont 165 pour des faits de drogue; 147 pour des vols avec violence; et une centaine pour des vols à la tire. On a par ailleurs dénombré 177 arrestations administratives pour ébriété sur la voie publique et 354 pour trouble à l'ordre public et/ou séjour illégal. Par ailleurs, la police a dressé au cours des huit premiers mois de l'année 2019 pas moins de 3.043 sanctions administratives communales pour faits de roulage dans la zone et 233 pour des faits d'une autre nature. (Belga)