Après que les groupes techniques ont examiné les différents obstacles à la conclusion de l'accord et calculé différents scénarios, le formateur Jan Jambon (N-VA) a eu des discussions bilatérales. Le groupe central, composé notamment des présidents de partis, se revoit à 15h30, à l'exception de la CD&V Hilde Crevits, qui assiste au mariage de son fils. L'intention n'est pas de négocier au finish samedi. Demain/dimanche pourrait être le jour J pour les négociateurs flamands.

Répartis en groupes de travail, ils se sont penchés dans la matinée sur plusieurs noeuds budgétaires.

Les groupes de travail débroussaillaient les points chauds restants de l'accord à venir et préparaient le terrain pour les négociateurs en chef.

Les présidents de parti Wouter Beke (CD&V) et Gwendolyn Rutten (Open Vld), le formateur Jan Jambon (N-VA) et les autres membres des délégations continuaient de façonner l'accord de gouvernement, assistés par des experts. Dans cette dernière ligne droite, l'ambiance reste "bonne et constructive", chacun restant toutefois attentif à ne pas perdre du terrain.

La place des Martyrs baignée de drapeaux belges, sous la fenêtre des négociateurs flamands

Alors que les négociateurs flamands tentaient de parvenir à un accord de gouvernement derrière les murs du n°19 de la place des Martyrs, la petite place bruxelloise s'est parée samedi des couleurs nationales afin de commémorer l'indépendance de la Belgique, en 1830.

La cérémonie, prévue à 15h00, organisée par la Ville de Bruxelles et l'association Pro Belgica, rend hommage aux volontaires qui affluèrent de tout le pays, fin septembre 1830, vers la capitale pour prendre les armes contre l'armée néerlandaise.

Les combats se soldèrent par 1.300 blessés et 467 morts. Ces "martyrs" de la patrie reposent dans la crypte sous la place bruxelloise baptisée en leur honneur.