Faisant valoir la liberté d'expression, M. Luykx a indiqué que ce type de propos pouvait se tenir au parlement flamand ainsi qu'au parlement fédéral.

A la suite des propos de M. Peumans et d'une lettre écrite au picrate contre Madrid, en soutien à une dirigeante indépendantiste catalane actuellement détenue, l'Espagne a levé le statut diplomatique du délégué flamand au sein de l'ambassade de Belgique et aucun autre représentant flamand ne sera accrédité.

Mercredi, au parlement flamand, le ministre-président flamand, Geert Bourgeois, a indiqué avoir demandé au ministre des Affaires étrangères de rappeler à l'ordre l'ambassadeur d'Espagne en Belgique, certain que le chef de la diplomatie belge s'exécuterait en ce sens. M. Reynders avait toutefois fait savoir que cela ne se ferait pas, le rôle d'un ministre des Affaires étrangères n'étant pas de commenter des déclarations du président d'une assemblée d'une entité fédérée.

Un ton en dessous du ministre-président flamand la veille, le député nationaliste Peter Luykx a demandé jeudi à M. Reynders s'il pourrait, en guise de solidarité, "inviter l'ambassadrice d'Espagne à une discussion". Après un contact avec M. Bourgeois, Didier Reynders a accepté de transmettre à l'ambassadrice une lettre qu'il recevrait du ministre-président flamand, reprenant les griefs du parlement et/ou du gouvernement flamand. Soulignant l'importance de la liberté d'expression des parlementaires, il a répété qu'il ne lui revenait de commenter les propos d'un président d'une assemblée d'une entité fédérée.

Faisant valoir la liberté d'expression, M. Luykx a indiqué que ce type de propos pouvait se tenir au parlement flamand ainsi qu'au parlement fédéral. A la suite des propos de M. Peumans et d'une lettre écrite au picrate contre Madrid, en soutien à une dirigeante indépendantiste catalane actuellement détenue, l'Espagne a levé le statut diplomatique du délégué flamand au sein de l'ambassade de Belgique et aucun autre représentant flamand ne sera accrédité. Mercredi, au parlement flamand, le ministre-président flamand, Geert Bourgeois, a indiqué avoir demandé au ministre des Affaires étrangères de rappeler à l'ordre l'ambassadeur d'Espagne en Belgique, certain que le chef de la diplomatie belge s'exécuterait en ce sens. M. Reynders avait toutefois fait savoir que cela ne se ferait pas, le rôle d'un ministre des Affaires étrangères n'étant pas de commenter des déclarations du président d'une assemblée d'une entité fédérée. Un ton en dessous du ministre-président flamand la veille, le député nationaliste Peter Luykx a demandé jeudi à M. Reynders s'il pourrait, en guise de solidarité, "inviter l'ambassadrice d'Espagne à une discussion". Après un contact avec M. Bourgeois, Didier Reynders a accepté de transmettre à l'ambassadrice une lettre qu'il recevrait du ministre-président flamand, reprenant les griefs du parlement et/ou du gouvernement flamand. Soulignant l'importance de la liberté d'expression des parlementaires, il a répété qu'il ne lui revenait de commenter les propos d'un président d'une assemblée d'une entité fédérée.