Le gouvernement wallon, dans le cadre de son conclave budgétaire 2019, a mobilisé 9 millions d'euros (1 million en 2018 et 8 millions l'an prochain) pour éradiquer la peste porcine africaine, qui s'est déclenchée mi-septembre dans le sud de la province de Luxembourg, et soutenir les secteurs touchés, dont les éleveurs porcins. Quinze millions d'euros ont par ailleurs été dégagés pour faire face aux conséquences de la sécheresse exceptionnelle de cet été, a annoncé le ministre régional de l'Agriculture, René Collin (cdH).

"La Wallonie s'était engagée à soutenir les éleveurs, au-delà de l'indemnisation du cheptel par l'autorité fédérale compétente. Différentes démarches ont déjà été entreprises afin de solliciter une intervention européenne. J'attends également, vis-à-vis de l'ensemble de la filière porcine wallonne, un geste fort de solidarité de la grande distribution", a précisé le ministre en marge de la présentation du budget régional.

Ce dernier a par ailleurs obtenu une enveloppe de 15 millions d'euros pour faire face aux conséquences de la sécheresse, reconnue comme "exceptionnelle" par l'IRM, qui a frappé la Belgique cet été. "L'introduction, auprès de l'administration, des procès-verbaux des commissions communales de constat de dégâts aux cultures permettra de mobiliser le Fonds des calamités agricoles", a précisé à ce sujet René Collin.

Le gouvernement wallon a présenté, samedi matin, un budget 2019 à l'équilibre, s'appuyant principalement sur la maîtrise des dépenses publiques non prioritaires.

Les 15 millions d'euros ne représentent que 4,2% des pertes réelles

"C'est avec colère et stupéfaction que la FWA a appris ce samedi que le gouvernement a délibérément choisi d'abandonner le secteur agricole face à ses difficultés", s'insurge-t-elle dans un communiqué. La fédération agricole, avec l'aide des acteurs des diverses filières agricoles, avait chiffré le montant total des pertes estimées à près de 358 millions d'euros, un chiffre qui reste à affiner, l'ensemble des données n'étant pas encore connues et les cultures étant encore en cours de récolte.

"Ce samedi, le gouvernement wallon annonce avoir décidé d'une enveloppe de 15 millions d'euros pour cette indemnisation, soit 4,2% des pertes réelles évaluées. Il s'agit du même montant qu'en 2017, où les pertes avaient été évaluées à 120 millions", poursuit la FWA.

Cette dernière assure par ailleurs "entendre l'argumentaire du gouvernement, qui tenait à boucler un budget à l'équilibre" mais s'interroge sur la manière dont les agriculteurs vont pouvoir, eux, "équilibrer l'économie de leurs fermes avec une indemnisation aussi nettement sous-évaluée".

"La décision du gouvernement relève tout simplement du mépris face aux missions essentielles qu'assurent les agriculteurs wallons", conclut la fédération qui réunira ses instances décisionnelles la semaine prochaine "afin de déterminer les actions à mener pour protester contre cette décision scandaleuse".

Le gouvernement wallon, dans le cadre de son conclave budgétaire 2019, a mobilisé 9 millions d'euros (1 million en 2018 et 8 millions l'an prochain) pour éradiquer la peste porcine africaine, qui s'est déclenchée mi-septembre dans le sud de la province de Luxembourg, et soutenir les secteurs touchés, dont les éleveurs porcins. Quinze millions d'euros ont par ailleurs été dégagés pour faire face aux conséquences de la sécheresse exceptionnelle de cet été, a annoncé le ministre régional de l'Agriculture, René Collin (cdH)."La Wallonie s'était engagée à soutenir les éleveurs, au-delà de l'indemnisation du cheptel par l'autorité fédérale compétente. Différentes démarches ont déjà été entreprises afin de solliciter une intervention européenne. J'attends également, vis-à-vis de l'ensemble de la filière porcine wallonne, un geste fort de solidarité de la grande distribution", a précisé le ministre en marge de la présentation du budget régional. Ce dernier a par ailleurs obtenu une enveloppe de 15 millions d'euros pour faire face aux conséquences de la sécheresse, reconnue comme "exceptionnelle" par l'IRM, qui a frappé la Belgique cet été. "L'introduction, auprès de l'administration, des procès-verbaux des commissions communales de constat de dégâts aux cultures permettra de mobiliser le Fonds des calamités agricoles", a précisé à ce sujet René Collin. Le gouvernement wallon a présenté, samedi matin, un budget 2019 à l'équilibre, s'appuyant principalement sur la maîtrise des dépenses publiques non prioritaires. Les 15 millions d'euros ne représentent que 4,2% des pertes réelles "C'est avec colère et stupéfaction que la FWA a appris ce samedi que le gouvernement a délibérément choisi d'abandonner le secteur agricole face à ses difficultés", s'insurge-t-elle dans un communiqué. La fédération agricole, avec l'aide des acteurs des diverses filières agricoles, avait chiffré le montant total des pertes estimées à près de 358 millions d'euros, un chiffre qui reste à affiner, l'ensemble des données n'étant pas encore connues et les cultures étant encore en cours de récolte. "Ce samedi, le gouvernement wallon annonce avoir décidé d'une enveloppe de 15 millions d'euros pour cette indemnisation, soit 4,2% des pertes réelles évaluées. Il s'agit du même montant qu'en 2017, où les pertes avaient été évaluées à 120 millions", poursuit la FWA. Cette dernière assure par ailleurs "entendre l'argumentaire du gouvernement, qui tenait à boucler un budget à l'équilibre" mais s'interroge sur la manière dont les agriculteurs vont pouvoir, eux, "équilibrer l'économie de leurs fermes avec une indemnisation aussi nettement sous-évaluée". "La décision du gouvernement relève tout simplement du mépris face aux missions essentielles qu'assurent les agriculteurs wallons", conclut la fédération qui réunira ses instances décisionnelles la semaine prochaine "afin de déterminer les actions à mener pour protester contre cette décision scandaleuse".