Dans le Brabant flamand, environ 20% des chauffeurs ont décidé de se croiser les bras ce jeudi matin. Les perturbations sont les plus importantes en périphérie bruxelloise et plus faiblement dans les environs de Louvain. En Flandre orientale, si toutes les lignes circulent, le service est altéré par l'absence d'une poignée de chauffeurs, selon la société flamande. Des négociations entre la direction et les syndicats concernant le conflit social au sein de la section brabançonne de De Lijn ont à nouveau échoué mercredi, entraînant une nouvelle journée de grève ce jeudi. Les syndicats protestent contre de nombreux problèmes, dont la pénurie de personnel, les horaires de travail irréguliers dans le planning des chauffeurs, l'absence de congé, l'administration défaillante du personnel, la désorganisation dans les services techniques et les mauvais plannings pour les inspecteurs. (Belga)

Dans le Brabant flamand, environ 20% des chauffeurs ont décidé de se croiser les bras ce jeudi matin. Les perturbations sont les plus importantes en périphérie bruxelloise et plus faiblement dans les environs de Louvain. En Flandre orientale, si toutes les lignes circulent, le service est altéré par l'absence d'une poignée de chauffeurs, selon la société flamande. Des négociations entre la direction et les syndicats concernant le conflit social au sein de la section brabançonne de De Lijn ont à nouveau échoué mercredi, entraînant une nouvelle journée de grève ce jeudi. Les syndicats protestent contre de nombreux problèmes, dont la pénurie de personnel, les horaires de travail irréguliers dans le planning des chauffeurs, l'absence de congé, l'administration défaillante du personnel, la désorganisation dans les services techniques et les mauvais plannings pour les inspecteurs. (Belga)