Le soldat Elor Azria, confiné dans sa base, a "été libéré vendredi pour se rendre chez lui à l'occasion de la fête de Pessah", qui débute vendredi. Il devra être de retour dans sa base dimanche matin, a précisé l'armée dans un communiqué. Agé de 19 ans et détenteur également de la nationalité française, le soldat a été accueilli en "héros" et porté sur les épaules par les membres de sa famille et des habitants de Ramleh, sa ville d'origine située au sud de Tel-Aviv, selon des témoins. Son cas divise profondément les Israéliens, entre ceux qui plaident pour le respect par l'armée de valeurs éthiques comme l'usage proportionnel de la force et ceux qui au contraire défendent le militaire en invoquant la multiplication des attaques palestiniennes. Lundi, le soldat a été inculpé d'homicide par la justice militaire et non pour le crime plus grave d'assassinat. Il est accusé d'avoir achevé d'une balle dans la tête, le 24 mars, un Palestinien blessé et à terre qui avait auparavant attaqué des soldats au couteau à Hébron. Une autopsie a établi que le coup de feu tiré par le soldat avait été fatal à l'assaillant palestinien de 21 ans. (Belga)

Le soldat Elor Azria, confiné dans sa base, a "été libéré vendredi pour se rendre chez lui à l'occasion de la fête de Pessah", qui débute vendredi. Il devra être de retour dans sa base dimanche matin, a précisé l'armée dans un communiqué. Agé de 19 ans et détenteur également de la nationalité française, le soldat a été accueilli en "héros" et porté sur les épaules par les membres de sa famille et des habitants de Ramleh, sa ville d'origine située au sud de Tel-Aviv, selon des témoins. Son cas divise profondément les Israéliens, entre ceux qui plaident pour le respect par l'armée de valeurs éthiques comme l'usage proportionnel de la force et ceux qui au contraire défendent le militaire en invoquant la multiplication des attaques palestiniennes. Lundi, le soldat a été inculpé d'homicide par la justice militaire et non pour le crime plus grave d'assassinat. Il est accusé d'avoir achevé d'une balle dans la tête, le 24 mars, un Palestinien blessé et à terre qui avait auparavant attaqué des soldats au couteau à Hébron. Une autopsie a établi que le coup de feu tiré par le soldat avait été fatal à l'assaillant palestinien de 21 ans. (Belga)