"Ce n'était pas une manifestation pacifique mais des émeutes organisées", a déclaré devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang. Pékin "condamne fermement" la violence et "soutient la réaction" des autorités de Hong Kong, a-t-il ajouté. Hong Kong a été ébranlé mercredi par les pires violences politiques depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, la police ayant tiré des balles en caoutchouc sur les manifestants qui bloquaient les grandes artères et tentaient de faire irruption au parlement local. Les violences ont fait 79 blessés, dont deux dans un état grave. "Aucune société civilisée et respectueuse des lois ne peut tolérer (...) les troubles à la paix et à la tranquillité", a ajouté M. Geng. De leur côté, les principaux organisateurs des manifestations de Hong Kong ont promis jeudi un nouveau rassemblement monstre dimanche. Le Front des droits humains civiques a également appelé à une grève générale lundi afin de maintenir la pression sur le gouvernement hongkongais et obtenir qu'il retire son texte. "Nous appelons les citoyens à participer à la grève des salariés, à la grève dans les écoles et à la grève des entreprises", a déclaré Jimmy Sham, membre du groupe. (Belga)