"Cela a réellement affecté notre crédibilité", souligne le cardinal. "Je ne dirai donc pas que ceci est dernière nous. Nous devons rester vigilants", poursuit-il. "Mais notre ligne de conduite est maintenant que la justice doit être immédiatement informée en cas de nouveaux faits (...). Les faits ne sont pas toujours de la même gravité et la sanction sera différente. Mais c'est tolérance zéro." En tant qu'ancien évêque de Bruges, Mgr De Kesel a lui-même rencontré de nombreuses victimes. "Je peux comprendre que pour beaucoup c'était suffisant. J'ai entendu des choses dont j'ignorais l'existence. Un abus est quelque chose d'irréparable. Nous devons continuer à agir mais dire que cela s'est passé ailleurs n'est pas pertinent, cela ne peut pas être une excuse." (Belga)

"Cela a réellement affecté notre crédibilité", souligne le cardinal. "Je ne dirai donc pas que ceci est dernière nous. Nous devons rester vigilants", poursuit-il. "Mais notre ligne de conduite est maintenant que la justice doit être immédiatement informée en cas de nouveaux faits (...). Les faits ne sont pas toujours de la même gravité et la sanction sera différente. Mais c'est tolérance zéro." En tant qu'ancien évêque de Bruges, Mgr De Kesel a lui-même rencontré de nombreuses victimes. "Je peux comprendre que pour beaucoup c'était suffisant. J'ai entendu des choses dont j'ignorais l'existence. Un abus est quelque chose d'irréparable. Nous devons continuer à agir mais dire que cela s'est passé ailleurs n'est pas pertinent, cela ne peut pas être une excuse." (Belga)