L'an dernier, le chef de l'exécutif wallon avait constaté que la Wallonie ne récoltait pas suffisamment d'effets indirects des investissements sur son territoire et avait donc lancé le plan Acheter Wallon, à destination des particuliers et des entreprises. Cette année, M. Magnette a cité l'économiste gantois Luc Soete. A l'occasion des dix ans du Plan Marshall wallon, ce dernier avait souligné que le programme de redressement de la Wallonie avait bien eu un effet de levier sur les investissements privés, mais que la Région restait encore trop peu ouverte sur les régions voisines. Des stratégies similaires au Plan Marshall existant en France et aux Pays-Bas, M. Magnette a annoncé son intention de renforcer la dynamique de la Grande Région (Wallonie, nord-est de la France, nord-ouest de l'Allemagne, Luxembourg) en proposant de développer une stratégie macro-régionale européenne avec les Pays-Bas et des régions voisines en Allemagne et en France, Belgique, Luxembourg. Actuellement, l'Europe reconnaît quatre macro-Régions (pour la mer Baltique, le Danube, les mers Adriatique et ionienne, et pour les Alpes). La Flandre, elle, serait plutôt demandeuse d'une macro-Région Mer du Nord, a noté Paul Magnette. "On peut avancer dans des stratégies de spécialisation intelligente, par exemple dans le secteur de la logistique. Le but est d'intensifier l'internationalisation avec nos voisins", a-t-il commenté. La stratégie macrorégionale est décidée par le Conseil européen. Son principal intérêt réside dans une meilleure articulation entre, d'une part, les fonds structurels européens existants, et d'autre part, les financements nationaux et régionaux de politiques transversales et transfrontalières. (Belga)

L'an dernier, le chef de l'exécutif wallon avait constaté que la Wallonie ne récoltait pas suffisamment d'effets indirects des investissements sur son territoire et avait donc lancé le plan Acheter Wallon, à destination des particuliers et des entreprises. Cette année, M. Magnette a cité l'économiste gantois Luc Soete. A l'occasion des dix ans du Plan Marshall wallon, ce dernier avait souligné que le programme de redressement de la Wallonie avait bien eu un effet de levier sur les investissements privés, mais que la Région restait encore trop peu ouverte sur les régions voisines. Des stratégies similaires au Plan Marshall existant en France et aux Pays-Bas, M. Magnette a annoncé son intention de renforcer la dynamique de la Grande Région (Wallonie, nord-est de la France, nord-ouest de l'Allemagne, Luxembourg) en proposant de développer une stratégie macro-régionale européenne avec les Pays-Bas et des régions voisines en Allemagne et en France, Belgique, Luxembourg. Actuellement, l'Europe reconnaît quatre macro-Régions (pour la mer Baltique, le Danube, les mers Adriatique et ionienne, et pour les Alpes). La Flandre, elle, serait plutôt demandeuse d'une macro-Région Mer du Nord, a noté Paul Magnette. "On peut avancer dans des stratégies de spécialisation intelligente, par exemple dans le secteur de la logistique. Le but est d'intensifier l'internationalisation avec nos voisins", a-t-il commenté. La stratégie macrorégionale est décidée par le Conseil européen. Son principal intérêt réside dans une meilleure articulation entre, d'une part, les fonds structurels européens existants, et d'autre part, les financements nationaux et régionaux de politiques transversales et transfrontalières. (Belga)