Après une rencontre de 45 minutes, Willy Borsus est devenu officiellement le nouveau ministre-président du gouvernement wallon. "J'ai veillé à transmettre tous les dossiers dans le meilleur état possible et sur tous les sujets parce qu'il est important que la Wallonie continue de fonctionner", a déclaré Paul Magnette en sortant de la réunion. Le bourgmestre de Charleroi s'est dit serein et prêt à entamer une nouvelle vie. Quant à la possibilité d'obtenir des indemnités de sortie, l'ex-président a déclaré que si c'était le cas, il utiliserait cet argent notamment pour faire des dons pour des oeuvres sociales par exemple.

De son côté Willy Borsus a tenu à souligner le professionnalisme de son prédécesseur et la façon dont ce dernier a organisé la transmission d'un certain nombre d'informations. "Le contexte est décicat et les enjeux à relever sont aussi énormes. On sait qu'il y a beaucoup de défis à relever tant socio-économiques que budgétaires et j'ai un sentiment de responsabilité aujourd'hui avec des dossiers qui nécessitent, pour certains, des décisions rapides", a souligné le ministre-président.

En ce qui concerne les dossiers plus concrets, dont celui lié aux armes et à l'Arabie Saoudite, Willy Borsus a demandé un peu de temps afin de les étudier et d'avoir les concertations nécessaires avant de se prononcer sur des mesures à prendre.

La première réunion formelle du nouveau gouvernement est prévue jeudi matin.

Après une rencontre de 45 minutes, Willy Borsus est devenu officiellement le nouveau ministre-président du gouvernement wallon. "J'ai veillé à transmettre tous les dossiers dans le meilleur état possible et sur tous les sujets parce qu'il est important que la Wallonie continue de fonctionner", a déclaré Paul Magnette en sortant de la réunion. Le bourgmestre de Charleroi s'est dit serein et prêt à entamer une nouvelle vie. Quant à la possibilité d'obtenir des indemnités de sortie, l'ex-président a déclaré que si c'était le cas, il utiliserait cet argent notamment pour faire des dons pour des oeuvres sociales par exemple. De son côté Willy Borsus a tenu à souligner le professionnalisme de son prédécesseur et la façon dont ce dernier a organisé la transmission d'un certain nombre d'informations. "Le contexte est décicat et les enjeux à relever sont aussi énormes. On sait qu'il y a beaucoup de défis à relever tant socio-économiques que budgétaires et j'ai un sentiment de responsabilité aujourd'hui avec des dossiers qui nécessitent, pour certains, des décisions rapides", a souligné le ministre-président. En ce qui concerne les dossiers plus concrets, dont celui lié aux armes et à l'Arabie Saoudite, Willy Borsus a demandé un peu de temps afin de les étudier et d'avoir les concertations nécessaires avant de se prononcer sur des mesures à prendre. La première réunion formelle du nouveau gouvernement est prévue jeudi matin.