Le richissime homme d'affaires de 57 ans est arrivé avec son épouse au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo, où il a prêté serment en présence des représentants politiques, traditionnels et religieux, et de représentations diplomatiques, mais en l'absence de chefs de l'Etat étrangers. Peu avant, M. Talon s'était rendu au palais présidentiel de la Marina à Cotonou, la capitale économique, où il a passé les troupes en revue pour la première fois, après s'être entretenu en privé avec M. Boni Yayi, qui quitte le pouvoir après deux mandats, conformément à la Constitution. MM. Talon et Boni Yayi, anciens alliés devenus rivaux, ont échangé une accolade très remarquée avant de se séparer. M. Talon, surnommé "le roi du coton", a financé les deux campagnes présidentielles de M. Boni Yayi, en 2006 et 2011, avant de devenir son principal ennemi public et d'être accusé d'avoir tenté de l'empoisonner. En exil à Paris pendant plusieurs années, il a pu revenir au Bénin il y a quelques mois, après avoir obtenu la grâce de M. Boni Yayi. (Belga)

Le richissime homme d'affaires de 57 ans est arrivé avec son épouse au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo, où il a prêté serment en présence des représentants politiques, traditionnels et religieux, et de représentations diplomatiques, mais en l'absence de chefs de l'Etat étrangers. Peu avant, M. Talon s'était rendu au palais présidentiel de la Marina à Cotonou, la capitale économique, où il a passé les troupes en revue pour la première fois, après s'être entretenu en privé avec M. Boni Yayi, qui quitte le pouvoir après deux mandats, conformément à la Constitution. MM. Talon et Boni Yayi, anciens alliés devenus rivaux, ont échangé une accolade très remarquée avant de se séparer. M. Talon, surnommé "le roi du coton", a financé les deux campagnes présidentielles de M. Boni Yayi, en 2006 et 2011, avant de devenir son principal ennemi public et d'être accusé d'avoir tenté de l'empoisonner. En exil à Paris pendant plusieurs années, il a pu revenir au Bénin il y a quelques mois, après avoir obtenu la grâce de M. Boni Yayi. (Belga)