Mercredi, le chef du gouvernement du Monténégro, Dusko Markovic, avait fermement exclu la mise en place de tels centres d'accueil dans son pays. Auparavant, la Bosnie-Herzégovine, l'Albanie et la Macédoine avaient également envoyé des signaux en ce sens. Face à la crise politique sur les migrants, l'UE envisage la création, y compris hors de l'Union européenne, de centres de débarquement de migrants secourus en mer. L'objectif est d'éviter les bras de fer diplomatiques pour chaque débarquement après une opération de secours, comme c'est le cas actuellement, et d'impliquer des pays tiers. L'idée de tels centres de débarquement, qui suscite beaucoup de réticences et des doutes sur sa compatibilité avec le droit international, est inscrite dans un projet de conclusions du sommet européen programmé ces jeudi et vendredi à Bruxelles, dans un contexte de fortes divisions des pays de l'UE face à la pression migratoire. (Belga)

Mercredi, le chef du gouvernement du Monténégro, Dusko Markovic, avait fermement exclu la mise en place de tels centres d'accueil dans son pays. Auparavant, la Bosnie-Herzégovine, l'Albanie et la Macédoine avaient également envoyé des signaux en ce sens. Face à la crise politique sur les migrants, l'UE envisage la création, y compris hors de l'Union européenne, de centres de débarquement de migrants secourus en mer. L'objectif est d'éviter les bras de fer diplomatiques pour chaque débarquement après une opération de secours, comme c'est le cas actuellement, et d'impliquer des pays tiers. L'idée de tels centres de débarquement, qui suscite beaucoup de réticences et des doutes sur sa compatibilité avec le droit international, est inscrite dans un projet de conclusions du sommet européen programmé ces jeudi et vendredi à Bruxelles, dans un contexte de fortes divisions des pays de l'UE face à la pression migratoire. (Belga)