Objectif, dans le contexte de la situation inédite vécue par les habitants de la capitale, au même titre que l'ensemble de la population du pays: en tirer toutes les leçons qui s'imposent. Cette commission devra porter une attention particulière aux aspects et aux conséquences sanitaires, organisationnelles, économiques et sociales de la crise. Elle établira des recommandations à destination du Gouvernement régional bruxellois et du Collège réuni de la Commission communautaire commune afin d'améliorer les réponses collectives aux chocs sanitaires futurs. Selon les chefs de groupe de la majorité, cette commission mènera ses travaux en bonne intelligence avec ceux des autres entités fédérées et du niveau fédéral, et ce dans le respect de leurs compétences respectives. De son côté, le PTB souhaite la mise sur pied d'une commission d'enquête parlementaire sur les conséquences de la crise dans les Maisons de Repos de la capitale où le nombre de décès observés a été sensiblement plus élevé. Idem pour le cdH, qui propose d'en mettre une sur pied au niveau de la Commission Communautaire Commune, mais avec un argumentaire différent. Ces demandes n'ont pas eu d'écho chez les autres représentants du bureau élargi qui s'est réuni mercredi. De son côté, la N-VA compte également déposer une proposition d'installation d'une commission spéciale. Dans les rangs socialistes de la majorité, on considère que la mise sur pied d'une commission spéciale ne ferme pas d'emblée la porte à celle d'une commission d'enquête si l'évolution du dossier la rendait nécessaire. Selon le président du parlement bruxellois, Rachid Madrane (PS), interrogé mercredi, ces propositions vont atterrir sur la table de la Commission des Affaires générales qui sera amenée à trancher, après la prise en considération formelle de ces propositions en plénière le 3 juillet prochain. Le vote sur l'option retenue aura lieu lors de la dernière séance plénière, avant les vacances parlementaires. Celle-ci est prévue le 17 juillet. (Belga)

Objectif, dans le contexte de la situation inédite vécue par les habitants de la capitale, au même titre que l'ensemble de la population du pays: en tirer toutes les leçons qui s'imposent. Cette commission devra porter une attention particulière aux aspects et aux conséquences sanitaires, organisationnelles, économiques et sociales de la crise. Elle établira des recommandations à destination du Gouvernement régional bruxellois et du Collège réuni de la Commission communautaire commune afin d'améliorer les réponses collectives aux chocs sanitaires futurs. Selon les chefs de groupe de la majorité, cette commission mènera ses travaux en bonne intelligence avec ceux des autres entités fédérées et du niveau fédéral, et ce dans le respect de leurs compétences respectives. De son côté, le PTB souhaite la mise sur pied d'une commission d'enquête parlementaire sur les conséquences de la crise dans les Maisons de Repos de la capitale où le nombre de décès observés a été sensiblement plus élevé. Idem pour le cdH, qui propose d'en mettre une sur pied au niveau de la Commission Communautaire Commune, mais avec un argumentaire différent. Ces demandes n'ont pas eu d'écho chez les autres représentants du bureau élargi qui s'est réuni mercredi. De son côté, la N-VA compte également déposer une proposition d'installation d'une commission spéciale. Dans les rangs socialistes de la majorité, on considère que la mise sur pied d'une commission spéciale ne ferme pas d'emblée la porte à celle d'une commission d'enquête si l'évolution du dossier la rendait nécessaire. Selon le président du parlement bruxellois, Rachid Madrane (PS), interrogé mercredi, ces propositions vont atterrir sur la table de la Commission des Affaires générales qui sera amenée à trancher, après la prise en considération formelle de ces propositions en plénière le 3 juillet prochain. Le vote sur l'option retenue aura lieu lors de la dernière séance plénière, avant les vacances parlementaires. Celle-ci est prévue le 17 juillet. (Belga)