"Les personnes qui le souhaitent peuvent quitter la place par tous les axes à l'exception du boulevard Saint-Martin et (de la) rue du Temple", a twitté à 15h30 la Préfecture de police de Paris. Vendredi, dans un communiqué, le Préfet de police avait rappelé que les rassemblements de plus de 10 personnes étaient interdits, mais il avait annoncé avoir demandé la fermeture des commerces sur le trajet de la manifestation. "Pour mémoire, la manif n'est pas déclarée et le décret du 31 mai interdit les rassemblements de plus de 10 personnes", a dit une source policière à l'AFP. Place de la République, de nombreux manifestants exprimaient leur incompréhension: "C'est n'importe quoi, pourquoi le préfet change d'avis comme ça? ", s'interroge Samira, 24 ans, venue de Pontoise (Val-d'Oise). "Ils veulent créer des tensions on dirait alors qu'on est pacifique. Moi je vais rester à continuer à chanter et manifester", poursuit-elle. Le rassemblement est organisé à l'appel du comité Adama Traoré, jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne. (Belga)

"Les personnes qui le souhaitent peuvent quitter la place par tous les axes à l'exception du boulevard Saint-Martin et (de la) rue du Temple", a twitté à 15h30 la Préfecture de police de Paris. Vendredi, dans un communiqué, le Préfet de police avait rappelé que les rassemblements de plus de 10 personnes étaient interdits, mais il avait annoncé avoir demandé la fermeture des commerces sur le trajet de la manifestation. "Pour mémoire, la manif n'est pas déclarée et le décret du 31 mai interdit les rassemblements de plus de 10 personnes", a dit une source policière à l'AFP. Place de la République, de nombreux manifestants exprimaient leur incompréhension: "C'est n'importe quoi, pourquoi le préfet change d'avis comme ça? ", s'interroge Samira, 24 ans, venue de Pontoise (Val-d'Oise). "Ils veulent créer des tensions on dirait alors qu'on est pacifique. Moi je vais rester à continuer à chanter et manifester", poursuit-elle. Le rassemblement est organisé à l'appel du comité Adama Traoré, jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne. (Belga)