"Nous sommes respectueux des différences culturelles, religieuses et ethniques. Nous regrettons que, durant un acte auquel nous participions en tant qu'institution, se soit produit une situation étrangère à la nature de notre mission et de notre devoir", a indiqué la police panaméenne dans une déclaration vendredi. "Nous souhaitons présenter nos excuses à ceux qui se sont sentis offensés", a-t-elle ajouté. La polémique a éclaté après que la police nationale du pays latino-américain et la Chambre de commerce israélo-panaméenne eurent publié des photos d'un apparent entraînement de policiers, avant de les effacer. Sur l'un des clichés apparaissait un homme visant avec un pistolet une photo sur laquelle figuraient des personnes armées et coiffées d'un keffieh ou portant le hijab, traditionnels accessoires vestimentaires arabes. "Dans l'objectif de renforcer les relations entre Israël et Panama, nos unités policières des sièges diplomatiques ont été formées à différentes techniques de tir par des instructeurs de l'ambassade d'Israël au Panama", indiquait la publication sur Twitter qui a été ensuite supprimée. C'est "clairement une stigmatisation" qui promeut "la violence et le racisme, en permettant de cataloguer comme terroriste toute personne portant un hijab ou quelque chose de similaire", a dénoncé le Comité panaméen de solidarité avec la Palestine dans un communiqué. (Belga)

"Nous sommes respectueux des différences culturelles, religieuses et ethniques. Nous regrettons que, durant un acte auquel nous participions en tant qu'institution, se soit produit une situation étrangère à la nature de notre mission et de notre devoir", a indiqué la police panaméenne dans une déclaration vendredi. "Nous souhaitons présenter nos excuses à ceux qui se sont sentis offensés", a-t-elle ajouté. La polémique a éclaté après que la police nationale du pays latino-américain et la Chambre de commerce israélo-panaméenne eurent publié des photos d'un apparent entraînement de policiers, avant de les effacer. Sur l'un des clichés apparaissait un homme visant avec un pistolet une photo sur laquelle figuraient des personnes armées et coiffées d'un keffieh ou portant le hijab, traditionnels accessoires vestimentaires arabes. "Dans l'objectif de renforcer les relations entre Israël et Panama, nos unités policières des sièges diplomatiques ont été formées à différentes techniques de tir par des instructeurs de l'ambassade d'Israël au Panama", indiquait la publication sur Twitter qui a été ensuite supprimée. C'est "clairement une stigmatisation" qui promeut "la violence et le racisme, en permettant de cataloguer comme terroriste toute personne portant un hijab ou quelque chose de similaire", a dénoncé le Comité panaméen de solidarité avec la Palestine dans un communiqué. (Belga)