L'exécutif francophone travaille à présent à l'élaboration d'un cadre budgétaire pluriannuel pour financer les réformes qui seront menées dans les dix à quinze années à venir. Ce cadre devrait être arrêté "d'ici fin avril", a précisé le gouvernement dans un communiqué. Lors des dernières réunions du groupe central et le gouvernement en février, une montée en puissance rapide des moyens dévolus à l'école a été évoquée pour financer le Pacte. Cet effort devrait atteindre un "pic" de 220 millions d'euros supplémentaires à l'horizon 2022, avant de redescendre graduellement à un coût annuel estimé à 50 millions d'euros supplémentaires à l'horizon 2030. D'ici l'élaboration de ce cadre budgétaire, plusieurs membres du gouvernement mèneront dans les semaines qui viennent une trentaine de "rencontres citoyennes" un peu partout à Bruxelles et en Wallonie pour débattre du Pacte. L'avis définitif du groupe central du Pacte sera également présenté prochainement devant le Parlement de la Fédération, plus ou moins tenu jusqu'ici à l'écart des discussions autour des réformes (que les députés devront toutefois voter). Le gouvernement devrait aussi procéder prochainement au recrutement de la douzaine de personnes qui composeront la "cellule opérationnelle de changement", un organe qui sera chargé de piloter la mise en oeuvre des réformes. Les premiers effets concrets du Pacte sont déjà attendus avant la fin de cette année, notamment pour renforcer l'aide administrative aux directions d'écoles et améliorer l'encadrement au niveau de l'enseignement maternel. (Belga)

L'exécutif francophone travaille à présent à l'élaboration d'un cadre budgétaire pluriannuel pour financer les réformes qui seront menées dans les dix à quinze années à venir. Ce cadre devrait être arrêté "d'ici fin avril", a précisé le gouvernement dans un communiqué. Lors des dernières réunions du groupe central et le gouvernement en février, une montée en puissance rapide des moyens dévolus à l'école a été évoquée pour financer le Pacte. Cet effort devrait atteindre un "pic" de 220 millions d'euros supplémentaires à l'horizon 2022, avant de redescendre graduellement à un coût annuel estimé à 50 millions d'euros supplémentaires à l'horizon 2030. D'ici l'élaboration de ce cadre budgétaire, plusieurs membres du gouvernement mèneront dans les semaines qui viennent une trentaine de "rencontres citoyennes" un peu partout à Bruxelles et en Wallonie pour débattre du Pacte. L'avis définitif du groupe central du Pacte sera également présenté prochainement devant le Parlement de la Fédération, plus ou moins tenu jusqu'ici à l'écart des discussions autour des réformes (que les députés devront toutefois voter). Le gouvernement devrait aussi procéder prochainement au recrutement de la douzaine de personnes qui composeront la "cellule opérationnelle de changement", un organe qui sera chargé de piloter la mise en oeuvre des réformes. Les premiers effets concrets du Pacte sont déjà attendus avant la fin de cette année, notamment pour renforcer l'aide administrative aux directions d'écoles et améliorer l'encadrement au niveau de l'enseignement maternel. (Belga)