La Libre Belgique évoquait jeudi matin un engagement du gouvernement à mobiliser 180 millions d'euros supplémentaires d'ici 2020, un montant considérable pour une Fédération qui ne dispose pas de ressources propres et qui s'apprête déjà à boucler l'année 2017 avec un déficit d'au moins 200 millions d'euros. "Je ne sais pas d'où viennent ces chiffres (de 180 millions)", a réagi le ministre du Budget, André Flahaut, interrogé par l'agence Belga. Du côté du cabinet de la ministre Marie-Martine Schyns, on indiquait ne pas être au courant de nouvelles discussions budgétaires sur le Pacte depuis l'avis n°3 du groupe central, en décembre dernier. Celui-ci avait chiffré le coût global du Pacte à 300 millions d'euros sur 15 ans, mais avec des mesures retour devant auto-financer l'opération à hauteur de 230 à 250 millions d'euros sur le long terme. Mercredi, le gouvernement de la Fédération a rencontré les syndicats au sujet du Pacte, mais aucun engagement chiffré n'a été pris, dit-on. "Le gouvernement s'est déjà engagé sur une montée en puissance (budgétaire) année après année pour le Pacte. Vingt-et-un millions d'euros ont ainsi été prévus dans ce budget 2017. Pour le reste, tout dépendra du phasage (le calendrier de mise en oeuvres des réformes prévues, ndlr) et celui-ci est actuellement discuté au sein du groupe central du Pacte. On y verra donc plus clair en mars", dit-on au cabinet Schyns. Chez Rudy Demotte, on se disait déterminé à assurer au Pacte les "premiers financements importants nécessaires" sous cette législature, mais de veiller aussi à ce que ceux-ci soient aussi "pérennisés au-delà la législature" (qui s'achève normalement en 2019) vu l'ampleur d'un chantier mammouth qui devrait durer de 15 à 20 ans. (Belga)

La Libre Belgique évoquait jeudi matin un engagement du gouvernement à mobiliser 180 millions d'euros supplémentaires d'ici 2020, un montant considérable pour une Fédération qui ne dispose pas de ressources propres et qui s'apprête déjà à boucler l'année 2017 avec un déficit d'au moins 200 millions d'euros. "Je ne sais pas d'où viennent ces chiffres (de 180 millions)", a réagi le ministre du Budget, André Flahaut, interrogé par l'agence Belga. Du côté du cabinet de la ministre Marie-Martine Schyns, on indiquait ne pas être au courant de nouvelles discussions budgétaires sur le Pacte depuis l'avis n°3 du groupe central, en décembre dernier. Celui-ci avait chiffré le coût global du Pacte à 300 millions d'euros sur 15 ans, mais avec des mesures retour devant auto-financer l'opération à hauteur de 230 à 250 millions d'euros sur le long terme. Mercredi, le gouvernement de la Fédération a rencontré les syndicats au sujet du Pacte, mais aucun engagement chiffré n'a été pris, dit-on. "Le gouvernement s'est déjà engagé sur une montée en puissance (budgétaire) année après année pour le Pacte. Vingt-et-un millions d'euros ont ainsi été prévus dans ce budget 2017. Pour le reste, tout dépendra du phasage (le calendrier de mise en oeuvres des réformes prévues, ndlr) et celui-ci est actuellement discuté au sein du groupe central du Pacte. On y verra donc plus clair en mars", dit-on au cabinet Schyns. Chez Rudy Demotte, on se disait déterminé à assurer au Pacte les "premiers financements importants nécessaires" sous cette législature, mais de veiller aussi à ce que ceux-ci soient aussi "pérennisés au-delà la législature" (qui s'achève normalement en 2019) vu l'ampleur d'un chantier mammouth qui devrait durer de 15 à 20 ans. (Belga)