La banderole portait le message "The End" ("La fin"). Deux autres plus petites indiquaient "100% renouvelable 0% nucléaire". "Nous voulons réaffirmer qu'il est important de consacrer la sortie du nucléaire votée en 2003 comme préalable aux discussions sur le pacte énergétique", explique Juliette Boulet, porte-parole de Greenpeace Belgique. "Les réactions de la N-VA ces dernières 48 heures montrent qu'il y a un blocage profond au sein du gouvernement fédéral. Or, il y a urgence à entériner le pacte énergétique pour s'appliquer à sa mise en oeuvre si on veut sortir du nucléaire en 2025." Greenpeace est opposé à l'allongement de durée de vie des centrales. "Le plus grand parti de Belgique veut garder ouvertes quelques centrales nucléaires au-delà de 2025 et essaie de faire tomber le pacte énergétique", déplore Jan Vande Putte, expert Nucléaire chez Greenpeace Belgique. "Une telle prolongation bloque la transition vers 100% d'énergies renouvelables. Elle menace aussi la sécurité d'approvisionnement, en nous rendant dépendants de centrales nucléaires non fiables et vieillissantes." (Belga)

La banderole portait le message "The End" ("La fin"). Deux autres plus petites indiquaient "100% renouvelable 0% nucléaire". "Nous voulons réaffirmer qu'il est important de consacrer la sortie du nucléaire votée en 2003 comme préalable aux discussions sur le pacte énergétique", explique Juliette Boulet, porte-parole de Greenpeace Belgique. "Les réactions de la N-VA ces dernières 48 heures montrent qu'il y a un blocage profond au sein du gouvernement fédéral. Or, il y a urgence à entériner le pacte énergétique pour s'appliquer à sa mise en oeuvre si on veut sortir du nucléaire en 2025." Greenpeace est opposé à l'allongement de durée de vie des centrales. "Le plus grand parti de Belgique veut garder ouvertes quelques centrales nucléaires au-delà de 2025 et essaie de faire tomber le pacte énergétique", déplore Jan Vande Putte, expert Nucléaire chez Greenpeace Belgique. "Une telle prolongation bloque la transition vers 100% d'énergies renouvelables. Elle menace aussi la sécurité d'approvisionnement, en nous rendant dépendants de centrales nucléaires non fiables et vieillissantes." (Belga)