Pour s'attaquer de front au virus, Oxfam exhorte notamment les autres gouvernements à investir dans la prévention en garantissant par exemple l'accès des intervenants humanitaires aux pays qui auront besoin d'être aidés ou en assurant l'approvisionnement en eau potable et en mettant en place des installations sanitaires. La confédération réclame également la gratuité des soins de santé (tests et les traitements), la réquisition par les gouvernements de tous les établissements de santé privés et la mobilisation de 10 millions de travailleurs et travailleuses de la santé rémunérés et protégés. Oxfam prie par ailleurs la communauté internationale de "parvenir à un accord mondial pour veiller à ce que les vaccins et les traitements, dès qu'ils seront prêts, soient rapidement et gratuitement mis à la disposition de ceux et celles qui en ont besoin". "Les profits des entreprises pharmaceutiques ne peuvent avoir préséance sur le bien-être de l'humanité", estime l'organisation. "La pandémie continue de provoquer de grandes souffrances dans les pays riches et de submerger certains des meilleurs systèmes de santé du monde. Compte tenu que la maladie a désormais atteint de nombreux pays en développement marqués par un taux élevé de pauvreté et de fortes inégalités, la propagation va s'accélérer et les défis de santé publique seront d'autant plus importants", prévient Oxfam. En se basant sur les dépenses actuelles de santé mondiales publiées par l'OMS, la confédération estime qu'il faudrait 159,5 milliards de dollars pour doubler les dépenses de santé des 85 pays les plus pauvres du monde, où vit près de la moitié de la population mondiale. "Ce montant représente moins de 10% du plan de relance économique proposé aux États-Unis en réaction au coronavirus", pointe-t-elle. "Si certains bailleurs institutionnels ont commencé à augmenter leur financement, ces fonds restent largement insuffisants pour répondre à ce défi colossal", ajoute-t-elle, rappelant que l'épidémie de coronavirus pourrait faire 1,8 million de morts dans le monde même avec des strictes mesures. Au vu de la situation, Oxfam Belgique lance un appel aux dons pour alimenter son fonds d'urgence via oxfamsol.be ou via le compte bancaire BE37 0000 0000 2828 (avec la mention "corona"). (Belga)

Pour s'attaquer de front au virus, Oxfam exhorte notamment les autres gouvernements à investir dans la prévention en garantissant par exemple l'accès des intervenants humanitaires aux pays qui auront besoin d'être aidés ou en assurant l'approvisionnement en eau potable et en mettant en place des installations sanitaires. La confédération réclame également la gratuité des soins de santé (tests et les traitements), la réquisition par les gouvernements de tous les établissements de santé privés et la mobilisation de 10 millions de travailleurs et travailleuses de la santé rémunérés et protégés. Oxfam prie par ailleurs la communauté internationale de "parvenir à un accord mondial pour veiller à ce que les vaccins et les traitements, dès qu'ils seront prêts, soient rapidement et gratuitement mis à la disposition de ceux et celles qui en ont besoin". "Les profits des entreprises pharmaceutiques ne peuvent avoir préséance sur le bien-être de l'humanité", estime l'organisation. "La pandémie continue de provoquer de grandes souffrances dans les pays riches et de submerger certains des meilleurs systèmes de santé du monde. Compte tenu que la maladie a désormais atteint de nombreux pays en développement marqués par un taux élevé de pauvreté et de fortes inégalités, la propagation va s'accélérer et les défis de santé publique seront d'autant plus importants", prévient Oxfam. En se basant sur les dépenses actuelles de santé mondiales publiées par l'OMS, la confédération estime qu'il faudrait 159,5 milliards de dollars pour doubler les dépenses de santé des 85 pays les plus pauvres du monde, où vit près de la moitié de la population mondiale. "Ce montant représente moins de 10% du plan de relance économique proposé aux États-Unis en réaction au coronavirus", pointe-t-elle. "Si certains bailleurs institutionnels ont commencé à augmenter leur financement, ces fonds restent largement insuffisants pour répondre à ce défi colossal", ajoute-t-elle, rappelant que l'épidémie de coronavirus pourrait faire 1,8 million de morts dans le monde même avec des strictes mesures. Au vu de la situation, Oxfam Belgique lance un appel aux dons pour alimenter son fonds d'urgence via oxfamsol.be ou via le compte bancaire BE37 0000 0000 2828 (avec la mention "corona"). (Belga)