Pour obtenir des crédits lui permettant d'acquérir des voitures neuves, l'organisation faisait notamment appel à des personnes en détresse financière ou toxicomanes. Les documents d'identité de celles-ci, accompagnés de fausses fiches de paie, venaient appuyer les demandes de prêts. L'organisation pouvait également compter sur des complices chez certains concessionnaires qui se trouvent aujourd'hui sur le banc des prévenus. Une fois les voitures reçues, celles-ci disparaissaient dans un réseau de recel. Quant aux crédits au effectué grâce aux "prête-noms" précarisés, ils n'étaient jamais remboursés. En introduction de sa plaidoirie, l'avocat général a notamment pointé la précarisation accrue à laquelle les dirigeants de l'organisation ont exposé certaines personnes en détresse, la déstabilisation sociale que leurs agissements entrainaient à travers une foule de délits ou encore les montants en jeu, quelque 1,036 million d'euros selon l'estimation. Selon lui, le dossier ne comporte pas de violences graves aux personnes, pour autant, il comporte des violences humaines et économiques importantes. Les objectifs des principaux prévenus, les moyens mis en ?uvre - en particulier les faux qui ont servi à établir les prêts - l'étalement des infractions dans le temps ou encore, entre autres, les man?uvres frauduleuses sont constitutifs d'une organisation criminelle selon l'avocat général. Mardi, Celui-ci poursuivra sa plaidoirie jusqu'en début d'après-midi en principe. Vu le nombre de prévenus, celle-ci fait un millier de pages, a-t-il annoncé lundi. (Belga)

Pour obtenir des crédits lui permettant d'acquérir des voitures neuves, l'organisation faisait notamment appel à des personnes en détresse financière ou toxicomanes. Les documents d'identité de celles-ci, accompagnés de fausses fiches de paie, venaient appuyer les demandes de prêts. L'organisation pouvait également compter sur des complices chez certains concessionnaires qui se trouvent aujourd'hui sur le banc des prévenus. Une fois les voitures reçues, celles-ci disparaissaient dans un réseau de recel. Quant aux crédits au effectué grâce aux "prête-noms" précarisés, ils n'étaient jamais remboursés. En introduction de sa plaidoirie, l'avocat général a notamment pointé la précarisation accrue à laquelle les dirigeants de l'organisation ont exposé certaines personnes en détresse, la déstabilisation sociale que leurs agissements entrainaient à travers une foule de délits ou encore les montants en jeu, quelque 1,036 million d'euros selon l'estimation. Selon lui, le dossier ne comporte pas de violences graves aux personnes, pour autant, il comporte des violences humaines et économiques importantes. Les objectifs des principaux prévenus, les moyens mis en ?uvre - en particulier les faux qui ont servi à établir les prêts - l'étalement des infractions dans le temps ou encore, entre autres, les man?uvres frauduleuses sont constitutifs d'une organisation criminelle selon l'avocat général. Mardi, Celui-ci poursuivra sa plaidoirie jusqu'en début d'après-midi en principe. Vu le nombre de prévenus, celle-ci fait un millier de pages, a-t-il annoncé lundi. (Belga)