L'opération, baptisée ALBATROS, vise à "suivre en temps réel la situation logistique dans la zone afin d'identifier des options de mutualisation et d'optimisation" du transport, a expliqué la ministre dans un communiqué. Les moyens mutualisés seront utilisés "au profit des différentes opérations nationales en cours et de tous les autres acteurs pouvant en avoir besoin", ONG et organisations internationales, a-t-elle précisé. Deux centres, situés l'un en Europe l'autre à Curaçao (Antilles néerlandaises), vont coordonner la logistique et suivre les déploiements "aériens et maritimes militaires (des trois pays) sur l'ensemble des Caraïbes", a-t-elle ajouté. L'opération est un "exemple de coopération européenne et militaire", s'est félicité Florence Parly, en rappelant la "zone immense à couvrir" et "l'étendue des besoins d'assistance". La France mobilise neuf aéronefs militaires - un Falcon, deux Casa, un gros porteur A400M, cinq hélicoptères - et deux frégates sur zone depuis le passage d'Irma le 6 septembre sur l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, a indiqué le porte-parole de l'état-major des armées, le colonel Patrik Steiger. L'opposition et des sinistrés ont reproché aux autorités françaises d'avoir tardé à envoyé des secours, des critiques rejetées par le président Emmanuel Macron selon qui l'exécutif a réagi "dès que l'information a été donnée". (Belga)

L'opération, baptisée ALBATROS, vise à "suivre en temps réel la situation logistique dans la zone afin d'identifier des options de mutualisation et d'optimisation" du transport, a expliqué la ministre dans un communiqué. Les moyens mutualisés seront utilisés "au profit des différentes opérations nationales en cours et de tous les autres acteurs pouvant en avoir besoin", ONG et organisations internationales, a-t-elle précisé. Deux centres, situés l'un en Europe l'autre à Curaçao (Antilles néerlandaises), vont coordonner la logistique et suivre les déploiements "aériens et maritimes militaires (des trois pays) sur l'ensemble des Caraïbes", a-t-elle ajouté. L'opération est un "exemple de coopération européenne et militaire", s'est félicité Florence Parly, en rappelant la "zone immense à couvrir" et "l'étendue des besoins d'assistance". La France mobilise neuf aéronefs militaires - un Falcon, deux Casa, un gros porteur A400M, cinq hélicoptères - et deux frégates sur zone depuis le passage d'Irma le 6 septembre sur l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, a indiqué le porte-parole de l'état-major des armées, le colonel Patrik Steiger. L'opposition et des sinistrés ont reproché aux autorités françaises d'avoir tardé à envoyé des secours, des critiques rejetées par le président Emmanuel Macron selon qui l'exécutif a réagi "dès que l'information a été donnée". (Belga)