Ses vents soufflent à 215 km/h et il ne se trouvait, à 18h00 locale (1h00 samedi matin HB), plus qu'à 70 km de Corpus Christi, première grande ville du Texas qui sera balayée. De larges portions de côte texane font déjà face à des vents puissants et à d'importantes précipitations, alors que le phénomène a, comme attendu, ralenti sa course vers les terres. Des milliers d'habitants de Corpus Christi sont déjà privés d'électricité. Vents violents et inondations sont attendus dans les prochaines heures dans cette ville de 300.000 habitants qui donne sur le Golfe du Mexique, Harvey se déplaçant actuellement à 8 km/h. La menace qu'Harvey représente est inédite depuis l'ouragan Katrina (plus de 1.800 morts) en 2005, s'inquiètent les observateurs et les autorités, qui ont tenté de convaincre les citoyens d'évacuer les lieux menacés. De larges zones du sud du Texas pourraient être inhabitables pour des semaines voire des mois après son passage, a souligné le service météorologique national à Houston, rapporte CNN. Au total, 1,5 millions de personnes sont concernées pour le moment par une alerte ouragan, tandis que 16 millions sont sous le coup d'un avertissement pour tempête tropicale. "Aussi loin que je me souvienne, je ne pense pas qu'il y ait eu quelque chose de ce genre" auparavant, a commenté pour l'AFP Brian McNoldy, chercheur sur les ouragans à l'université de Miami. "Je ne me souviens pas d'un ouragan majeur qui fait du surplace et reste coincé, c'est une combinaison qui est très inquiétante". Harvey ne devrait en effet pas s'enfoncer très profondément dans les terres, et ravager particulièrement la côte et menacer ses raffineries de pétrole. Le président Donald Trump n'a pour le moment pas écarté la possibilité de décréter l'état de catastrophe naturelle au Texas, comme l'a demandé le gouverneur texan Greg Abbott. Une telle décision permettrait de débloquer des fonds fédéraux pour l'Etat. (Belga)

Ses vents soufflent à 215 km/h et il ne se trouvait, à 18h00 locale (1h00 samedi matin HB), plus qu'à 70 km de Corpus Christi, première grande ville du Texas qui sera balayée. De larges portions de côte texane font déjà face à des vents puissants et à d'importantes précipitations, alors que le phénomène a, comme attendu, ralenti sa course vers les terres. Des milliers d'habitants de Corpus Christi sont déjà privés d'électricité. Vents violents et inondations sont attendus dans les prochaines heures dans cette ville de 300.000 habitants qui donne sur le Golfe du Mexique, Harvey se déplaçant actuellement à 8 km/h. La menace qu'Harvey représente est inédite depuis l'ouragan Katrina (plus de 1.800 morts) en 2005, s'inquiètent les observateurs et les autorités, qui ont tenté de convaincre les citoyens d'évacuer les lieux menacés. De larges zones du sud du Texas pourraient être inhabitables pour des semaines voire des mois après son passage, a souligné le service météorologique national à Houston, rapporte CNN. Au total, 1,5 millions de personnes sont concernées pour le moment par une alerte ouragan, tandis que 16 millions sont sous le coup d'un avertissement pour tempête tropicale. "Aussi loin que je me souvienne, je ne pense pas qu'il y ait eu quelque chose de ce genre" auparavant, a commenté pour l'AFP Brian McNoldy, chercheur sur les ouragans à l'université de Miami. "Je ne me souviens pas d'un ouragan majeur qui fait du surplace et reste coincé, c'est une combinaison qui est très inquiétante". Harvey ne devrait en effet pas s'enfoncer très profondément dans les terres, et ravager particulièrement la côte et menacer ses raffineries de pétrole. Le président Donald Trump n'a pour le moment pas écarté la possibilité de décréter l'état de catastrophe naturelle au Texas, comme l'a demandé le gouverneur texan Greg Abbott. Une telle décision permettrait de débloquer des fonds fédéraux pour l'Etat. (Belga)