L'ouragan, qui a été rétrogradé de catégorie 5 à 4 mais reste "extrêmement dangereux", était pratiquement à l'arrêt au-dessus de l'île de Grand Bahama, a souligné le Centre national des ouragans américain (NHC). Il devrait ensuite se déplacer tout près de la côte est de la Floride de mardi soir à mercredi matin, puis aller près des côtes de Géorgie et de Caroline du Sud mercredi soir et jeudi, selon le centre. Le Premier ministre des Bahamas, Hubert Minnis, a annoncé lors d'une conférence de presse que cinq personnes étaient mortes sur les îles Abacos, en qualifiant l'ouragan de "tragédie historique" pour cet archipel composé de quelque 700 îles, dont une trentaine sont habitées. Rues inondées, toitures emportées, arbres déracinés: les premières images donnaient une idée de la violence de la tempête en cours. Le ministère du Tourisme a annoncé que les opérations de secours avaient commencé "là où les conditions le permettent".Pour beaucoup, l'attente était terrifiante. "Nous sommes sous l'eau", a écrit dans un SMS consulté par l'AFP Kendra Williams, qui habite à Grand Bahama. "Nous sommes dans le grenier. S'il vous plaît, quelqu'un peut-il nous aider ou nous envoyer de l'aide. S'il vous plaît. Mon fils, mes six petits-enfants et moi sommes dans le grenier". Hubert Minnis a évoqué des dégâts "sans précédent" suite aux pluies torrentielles et aux vents violents qui se sont abattus sur l'archipel des Caraïbes. Or si le NHC prévoit un "affaiblissement graduel", il prévient que Dorian devrait rester "un puissant ouragan au cours des deux prochains jours". Selon de premières évaluations rapides lundi des autorités et des responsables de la Croix-Rouge sur le terrain, quelque 13.000 maisons pourraient avoir été endommagées ou détruites et l'ouragan a causé des "dégâts considérables" dans les îles Abacos et de Grand Bahama. Sur la côte des Etats-Unis, après des jours d'incertitude autour du trajet de l'ouragan, plusieurs Etats du sud-est (Floride, Géorgie, Caroline du Sud) ont finalement ordonné l'évacuation de centaines de milliers de résidents. Selon la Croix-Rouge américaine, 19 millions de personnes vivent dans des zones qui pourraient être touchées. Jusqu'à 50.000 personnes en Floride, en Géorgie et en Caroline du Sud pourraient avoir besoin d'un abri d'urgence en fonction de l'impact. (Belga)