"Je suis confiant que lorsque les dirigeants se réuniront dans quelques semaines, nous approuverons un agenda ambitieux et tourné vers l'avenir sur toutes les questions couvertes par (le concept) Otan 2030", a-t-il affirmé à l'issue d'une réunion par vidéoconférence des ministres des Affaires étrangères alliés. "Nous sommes tous d'accord que lors de notre sommet nous avons une occasion historique de renforcer le lien transatlantique (entre l'Europe et l'Amérique du nord) et de préparer notre Alliance pour un monde plus imprévisible et plus contesté", a ajouté M. Stoltenberg au cours d'une conférence de presse en ligne. Le secrétaire général a élaboré en début d'année ce paquet de propositions visant à adapter l'Alliance à l'horizon 2030, qui comprend notamment un accroissement des "financements communs" pour des actions militaires collectives destinées à favoriser "la défense et la dissuasion". "Aujourd'hui, les ministres ont eu une très bonne discussion sur (le concept) Otan 2030", a-t-il dit sans autre précision, en appelant les alliés à "investir davantage" ensemble dans des projets communs. M. Stoltenberg souhaite notamment, dans le cadre Otan 2030, déroger davantage à une règle fondamentale dans le fonctionnement de l'Alliance, le principe du "costs lie where they fall", qui consiste à imputer les coûts d'une participation à une opération à chaque pays, en fonction de sa contribution. Cette proposition se heurte toutefois à l'opposition de certains pays membres, France en tête, alors que d'autres alliés estiment qu'il fait d'abord définir les besoins avant de décider d'affecter des fonds à différents projets. Ce débat aux importantes implications financières devrait être tranché lors du sommet du 14 juin, auquel participera parmi d'autres le président américain Joe Biden. (Belga)

"Je suis confiant que lorsque les dirigeants se réuniront dans quelques semaines, nous approuverons un agenda ambitieux et tourné vers l'avenir sur toutes les questions couvertes par (le concept) Otan 2030", a-t-il affirmé à l'issue d'une réunion par vidéoconférence des ministres des Affaires étrangères alliés. "Nous sommes tous d'accord que lors de notre sommet nous avons une occasion historique de renforcer le lien transatlantique (entre l'Europe et l'Amérique du nord) et de préparer notre Alliance pour un monde plus imprévisible et plus contesté", a ajouté M. Stoltenberg au cours d'une conférence de presse en ligne. Le secrétaire général a élaboré en début d'année ce paquet de propositions visant à adapter l'Alliance à l'horizon 2030, qui comprend notamment un accroissement des "financements communs" pour des actions militaires collectives destinées à favoriser "la défense et la dissuasion". "Aujourd'hui, les ministres ont eu une très bonne discussion sur (le concept) Otan 2030", a-t-il dit sans autre précision, en appelant les alliés à "investir davantage" ensemble dans des projets communs. M. Stoltenberg souhaite notamment, dans le cadre Otan 2030, déroger davantage à une règle fondamentale dans le fonctionnement de l'Alliance, le principe du "costs lie where they fall", qui consiste à imputer les coûts d'une participation à une opération à chaque pays, en fonction de sa contribution. Cette proposition se heurte toutefois à l'opposition de certains pays membres, France en tête, alors que d'autres alliés estiment qu'il fait d'abord définir les besoins avant de décider d'affecter des fonds à différents projets. Ce débat aux importantes implications financières devrait être tranché lors du sommet du 14 juin, auquel participera parmi d'autres le président américain Joe Biden. (Belga)