Lors d'une visioconférence, "les Etats membres ont réaffirmé l'importance d'investir dans la paix", a souligné un communiqué de l'Onu. "En incluant les fonds reçus en 2020, 39 Etats membres ont déboursé ou se sont engagés à débourser plus de 439 millions de dollars au profit du fonds pour la période 2020-2024", a ajouté le communiqué. Selon Marc-André Franche, qui dirige le Fonds de consolidation de la paix créé en 2006, "l'objectif sur cinq ans est d'atteindre la somme d'1,5 milliard de dollars". Au cours des trois dernières années, il a permis de financer des opérations dans 51 pays (Sahel, Asie centrale, Amérique centrale, Balkans) pour un montant total de 356 millions de dollars. Trente-quatre pays avaient contribué au fonds lors du dernier cycle, mais 60% des sommes versées venaient de seulement trois pays, Allemagne, Suède et Royaume-Uni, selon Marc-André Franche. La visioconférence mardi était présidée par le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, le président de Sierra Leone, Julius Maada Bio, le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok et les chefs de la diplomatie canadienne et allemande, Marc Garneau et Heiko Maas. (Belga)

Lors d'une visioconférence, "les Etats membres ont réaffirmé l'importance d'investir dans la paix", a souligné un communiqué de l'Onu. "En incluant les fonds reçus en 2020, 39 Etats membres ont déboursé ou se sont engagés à débourser plus de 439 millions de dollars au profit du fonds pour la période 2020-2024", a ajouté le communiqué. Selon Marc-André Franche, qui dirige le Fonds de consolidation de la paix créé en 2006, "l'objectif sur cinq ans est d'atteindre la somme d'1,5 milliard de dollars". Au cours des trois dernières années, il a permis de financer des opérations dans 51 pays (Sahel, Asie centrale, Amérique centrale, Balkans) pour un montant total de 356 millions de dollars. Trente-quatre pays avaient contribué au fonds lors du dernier cycle, mais 60% des sommes versées venaient de seulement trois pays, Allemagne, Suède et Royaume-Uni, selon Marc-André Franche. La visioconférence mardi était présidée par le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, le président de Sierra Leone, Julius Maada Bio, le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok et les chefs de la diplomatie canadienne et allemande, Marc Garneau et Heiko Maas. (Belga)