"On a essayé de déplacer le centre de gravité de la responsabilité de Liège vers Namur", a affirmé le député-bourgmestre de Thuin, qui a démissionné de son mandat à la mi-janvier pour préserver "la sérénité du gouvernement", après avoir été fragilisé par des critiques sur un manque d'initiative vis-à-vis du groupe liégeois et sur la composition de son cabinet. "Ce qui a le don de m'énerver, c'est cette phrase qui revient tout le temps, de dire 'tout le monde savait'. C'est vrai, mais seulement chez les responsables politiques d'un certain niveau à Liège. A vous de décider qui", a lancé aux députés M. Furlan, répétant qu'il n'avait jamais été alerté des dysfonctionnements. Il dédouane aussi les présidents de parti, en renvoyant aux fédérations provinciales. "Évidemment, la dernière personne à avertir, c'était le contrôleur. Celui qui viendrait me dire 'on va faire une petite entourloupe, on te demande de la baliser', c'est mal me connaître." (Belga)

"On a essayé de déplacer le centre de gravité de la responsabilité de Liège vers Namur", a affirmé le député-bourgmestre de Thuin, qui a démissionné de son mandat à la mi-janvier pour préserver "la sérénité du gouvernement", après avoir été fragilisé par des critiques sur un manque d'initiative vis-à-vis du groupe liégeois et sur la composition de son cabinet. "Ce qui a le don de m'énerver, c'est cette phrase qui revient tout le temps, de dire 'tout le monde savait'. C'est vrai, mais seulement chez les responsables politiques d'un certain niveau à Liège. A vous de décider qui", a lancé aux députés M. Furlan, répétant qu'il n'avait jamais été alerté des dysfonctionnements. Il dédouane aussi les présidents de parti, en renvoyant aux fédérations provinciales. "Évidemment, la dernière personne à avertir, c'était le contrôleur. Celui qui viendrait me dire 'on va faire une petite entourloupe, on te demande de la baliser', c'est mal me connaître." (Belga)