Le Parlement a approuvé la création de l'Institut en avril 2019 mais il a fallu attendre l'été dernier pour nommer les douze membres du conseil d'administration. La Belgique a été critiquée pendant des années, y compris par les Nations Unies, parce qu'il manquait d'un tel organe de coordination. L'Institut interviendra là où d'autres agences, comme le centre interfédéral pour l'égalité des chances Unia ou le centre fédéral pour les migrations Myria, n'agissent pas. Le conseil d'administration a également élu mercredi un secrétariat exécutif, avec Willem Debeuckelaere, l'ancien président de la Commission de la protection de la vie privée, et Muriel Clavie, responsable de l'assistance juridique au barreau. L'Institut aura pour mission de fournir des avis, des recommandations ou des rapports au gouvernement fédéral, à la Chambre, au Sénat et à tout autre organe officiel, afin de garantir les droits fondamentaux découlant des traités internationaux que le pays a conclus. Le nouvel organe n'est compétent qu'au niveau fédéral. Mais une approche interfédérale est également envisagée via un accord de coopération entre les autorités fédérales et régionales. (Belga)

Le Parlement a approuvé la création de l'Institut en avril 2019 mais il a fallu attendre l'été dernier pour nommer les douze membres du conseil d'administration. La Belgique a été critiquée pendant des années, y compris par les Nations Unies, parce qu'il manquait d'un tel organe de coordination. L'Institut interviendra là où d'autres agences, comme le centre interfédéral pour l'égalité des chances Unia ou le centre fédéral pour les migrations Myria, n'agissent pas. Le conseil d'administration a également élu mercredi un secrétariat exécutif, avec Willem Debeuckelaere, l'ancien président de la Commission de la protection de la vie privée, et Muriel Clavie, responsable de l'assistance juridique au barreau. L'Institut aura pour mission de fournir des avis, des recommandations ou des rapports au gouvernement fédéral, à la Chambre, au Sénat et à tout autre organe officiel, afin de garantir les droits fondamentaux découlant des traités internationaux que le pays a conclus. Le nouvel organe n'est compétent qu'au niveau fédéral. Mais une approche interfédérale est également envisagée via un accord de coopération entre les autorités fédérales et régionales. (Belga)