Il se met ainsi en ordre avec la circulaire Di Rupo de décembre 2011, selon laquelle il est notamment contraire de cumuler un mandat de ministre et d'administrateur d'une société de droit public ou privé.

Le deuxième échevin empêché de Charleroi nuance cependant: "Ma décision est le fruit d'un choix personnel. C'est celui de la voie de l'efficacité. Je m'écarte pour laisser place à des militants MR pleinement disponibles pour exercer ces fonctions au niveau local".

Olivier Chastel rappelle que lorsqu'il est devenu secrétaire d'Etat dans le précédent gouvernement, il a aussitôt quitté la présidence de l'intercommunale de santé publique du pays de Charleroi au profit de Philippe Seghin. "Par contre, mes autres mandats locaux d'administrateur n'étaient nullement incompatibles", indique encore le ministre.

Il se met ainsi en ordre avec la circulaire Di Rupo de décembre 2011, selon laquelle il est notamment contraire de cumuler un mandat de ministre et d'administrateur d'une société de droit public ou privé. Le deuxième échevin empêché de Charleroi nuance cependant: "Ma décision est le fruit d'un choix personnel. C'est celui de la voie de l'efficacité. Je m'écarte pour laisser place à des militants MR pleinement disponibles pour exercer ces fonctions au niveau local". Olivier Chastel rappelle que lorsqu'il est devenu secrétaire d'Etat dans le précédent gouvernement, il a aussitôt quitté la présidence de l'intercommunale de santé publique du pays de Charleroi au profit de Philippe Seghin. "Par contre, mes autres mandats locaux d'administrateur n'étaient nullement incompatibles", indique encore le ministre.