C'était fin 2018. Le Vif et le site d'information Apache entamaient la publication d'une série de révélations sur la gestion opaque et débridée de Land Invest Group (LIG), qui a été la principale filiale immobilière du fonds de pension liégeois Ogeo Fund. Entre 2013 et 2017, des millions d'euros prêtés par Ogeo à LIG ont été dilapidés dans des restaurants étoilés, en rémunérations exorbitantes, en voyages de luxe, en sponsoring douteux, et ont enrichi des proches de Bart De Wever (N-VA) et de Stéphane Moreau (PS). De Wever est depuis 2012 à la tête de la Ville d'Anvers, laquelle délivrait les permis de bâtir à LIG. Moreau, lui, dirigeait le fonds de pension Ogeo Fund qui finançait LIG.
...

C'était fin 2018. Le Vif et le site d'information Apache entamaient la publication d'une série de révélations sur la gestion opaque et débridée de Land Invest Group (LIG), qui a été la principale filiale immobilière du fonds de pension liégeois Ogeo Fund. Entre 2013 et 2017, des millions d'euros prêtés par Ogeo à LIG ont été dilapidés dans des restaurants étoilés, en rémunérations exorbitantes, en voyages de luxe, en sponsoring douteux, et ont enrichi des proches de Bart De Wever (N-VA) et de Stéphane Moreau (PS). De Wever est depuis 2012 à la tête de la Ville d'Anvers, laquelle délivrait les permis de bâtir à LIG. Moreau, lui, dirigeait le fonds de pension Ogeo Fund qui finançait LIG.Le "Land Invest Gate" révélait ainsi une gestion financière plus que douteuse où se croisaient les intérêts de la N-VA et du PS au détriment donc des pensionnés liégeois affiliés à Ogeo. Cinquième fonds de pension du royaume avec plus d'un milliard d'euros d'actifs sous gestion, Ogeo gère alors l'argent des pensionnés des intercommunales liégeoises Publifin, des pompiers de Liège (IILE), de la distribution d'eau (Cile), mais aussi de la Province de Liège, du CPAS et de la ville de Seraing...Très vite, Ogeo Fund réagit. Les 7 et 28 décembre 2018, deux plaintes (18-71 et 18-77) sont déposées coup sur coup au Conseil de déontologie journalistique (CDJ) contre Le Vif et les signataires des articles contestés, David Leloup et Tom Cochez. Puis, le 28 mars 2019, les deux journalistes ainsi que le rédacteur en chef du Vif à l'époque, Thierry Fiorilli, reçoivent une citation à comparaître, le 10 avril, devant le tribunal de première instance de Liège. Le fonds de pension leur réclame la bagatelle d'un demi-million d'euros de dommages et intérêts.Le jour du procès, on apprend qu'Ogeo n'a pas inscrit le dossier au rôle du tribunal: l'audience n'a donc pas lieu. Elle n'aura jamais lieu... En novembre 2020, les deux plaintes du fonds de pension au CDJ seront déclarées "non fondées". Ces plaintes, et d'autres émanant de la "galaxie Moreau", feront l'objet d'une alerte du Conseil de l'Europe relayant la position de la Fédération européenne des journalistes (FEJ) face à ce qu'elle considère comme une menace contre la liberté d'expression.Dans la foulée de nos révélations, la justice a ouvert une instruction judiciaire - toujours en cours - pour abus de biens sociaux, faux et usage de faux. Les enquêteurs s'interrogent notamment sur des factures douteuses, totalisant plus de 906.000 euros, payées entre 2014 et 2017 par la filiale d'Ogeo Fund à une architecte proche de Stéphane Moreau.Fin 2019, Stéphane Moreau tombe. Des "audits" antifraude, confiés au consultant Deloitte, sont lancés chez Nethys et Ogeo Fund par les nouvelles directions. Parallèlement, la FSMA, gendarme financier, entame un contrôle approfondi de la comptabilité du fonds de pension. Son rapport d'inspection identifiera onze manquements graves. Il épinglera notamment qu'un avocat, Me Edgard van der Straeten (CEW & Partners), a facturé plus de 1,1 million d'euros à Ogeo Fund entre 2017 et 2019, soit près de 60% du total des frais d'avocats payés au cours de ces trois exercices. Dans le rapport, on peut lire que "la FSMA se demande si les frais imputés sont proportionnels aux travaux qui sont effectués". Idem chez Nethys, où Me van der Straeten a facturé plus de 1,3 million d'euros sur la même période.Parmi les factures douteuses adressées par Me van der Straeten à Ogeo en 2019, on en trouve cinq intitulées "Le Vif et Leloup", pour un total de 96.433,38 euros. Seule la dernière facture, de 1.309,83 euros, n'a pas été payée par le fonds de pension. Lequel a donc déboursé 95.123,55 euros pour tenter de museler Le Vif et son partenaire Apache. Un montant énorme pour la rédaction d'un droit de réponse et de trois plaintes très largement similaires... Si l'on ajoute une facture de 6.461,38 euros intitulée "Leloup" et envoyée en 2017 à Ogeo par Me Jean-Dominique Franchimont, un autre avocat proche de Stéphane Moreau, c'est plus de 100.000 euros qui ont été dépensés par le fonds de pension pour tenter de bâillonner la presse. Me van der Straeten, Me Franchimont et cinq autres avocats sont au centre d'une instruction judiciaire pour des factures douteuses envoyées à Nethys et Ogeo.