Le contenu de la réunion a notamment porté sur les mesures de contrôle réalisées ces derniers jours par l'Afsca. "Le discours des représentants de l'Afsca a été rassurant. Toutes les exploitations ont désormais été contrôlées", explique Pierre-Frédéric Nyst, le président de l'Union des classes moyennes (UCM), qui juge "convaincantes" les explications apportées par l'agence. Les représentants des secteurs ont également salué les 10 mesures annoncées par le gouvernement fédéral (indemnisation des entreprises, chômage temporaire, facilités en matière de précompte professionnel ou de cotisations sociales, etc.), tout en soulignant l'importance d'une mise en ?uvre rapide. "Les cinq première mesures, comme la possibilité d'étaler ou de reporter le paiement de cotisations sociales, constituent un 'bol d'air' pour les entreprises. C'est bien à long terme mais, à court terme, cela ne sert à rien. A l'UCM, nous avons demandé des mesures précises pour soulager au plus vite les problèmes de trésorerie" rencontrés dans certaines exploitations, poursuit Pierre-Frédéric Nyst. "Nous prenons actes des mesures annoncées, que nous applaudissons. Mais nous sommes au milieu du gué: il y a encore du travail à faire au niveau des trésoreries". Le fonds de réserve de l'Afsca, doté d'environ 165 millions d'euros, pourrait être une solution mais ces moyens ne semblent pas disponibles dans l'immédiat, ce qui pousse l'UCM à suggérer une possible intervention de la Sowalfin, la Société wallonne de financement et de garantie des PME. Des contacts vont être pris dans ce sens dans les prochaines heures, dit-on encore à l'UCM. Du côté des organisations agricoles, on presse également les différents niveaux de pouvoir à passer rapidement à l'action, et à intervenir financièrement. "Nous comprenons bien qu'une série de démarches doivent encore être prises. On nous a promis que tout serait finalisé d'ici le conseil des ministres de septembre. Tous les textes devraient alors être prêts", explique Hendrik Vandamme, du syndicat agricole flamand ABS, membre de l'Agrofront avec la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) et le Boerenbond van het Algemeen Boerensyndicaat (ABS). (Belga)

Le contenu de la réunion a notamment porté sur les mesures de contrôle réalisées ces derniers jours par l'Afsca. "Le discours des représentants de l'Afsca a été rassurant. Toutes les exploitations ont désormais été contrôlées", explique Pierre-Frédéric Nyst, le président de l'Union des classes moyennes (UCM), qui juge "convaincantes" les explications apportées par l'agence. Les représentants des secteurs ont également salué les 10 mesures annoncées par le gouvernement fédéral (indemnisation des entreprises, chômage temporaire, facilités en matière de précompte professionnel ou de cotisations sociales, etc.), tout en soulignant l'importance d'une mise en ?uvre rapide. "Les cinq première mesures, comme la possibilité d'étaler ou de reporter le paiement de cotisations sociales, constituent un 'bol d'air' pour les entreprises. C'est bien à long terme mais, à court terme, cela ne sert à rien. A l'UCM, nous avons demandé des mesures précises pour soulager au plus vite les problèmes de trésorerie" rencontrés dans certaines exploitations, poursuit Pierre-Frédéric Nyst. "Nous prenons actes des mesures annoncées, que nous applaudissons. Mais nous sommes au milieu du gué: il y a encore du travail à faire au niveau des trésoreries". Le fonds de réserve de l'Afsca, doté d'environ 165 millions d'euros, pourrait être une solution mais ces moyens ne semblent pas disponibles dans l'immédiat, ce qui pousse l'UCM à suggérer une possible intervention de la Sowalfin, la Société wallonne de financement et de garantie des PME. Des contacts vont être pris dans ce sens dans les prochaines heures, dit-on encore à l'UCM. Du côté des organisations agricoles, on presse également les différents niveaux de pouvoir à passer rapidement à l'action, et à intervenir financièrement. "Nous comprenons bien qu'une série de démarches doivent encore être prises. On nous a promis que tout serait finalisé d'ici le conseil des ministres de septembre. Tous les textes devraient alors être prêts", explique Hendrik Vandamme, du syndicat agricole flamand ABS, membre de l'Agrofront avec la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) et le Boerenbond van het Algemeen Boerensyndicaat (ABS). (Belga)