" Au début, j'étais un peu dubitatif. Le sujet m'apparaissait fort éloigné des thèmes abordés dans mes précédents projets. Puis, l'idée de faire un film sur le roi Baudouin m'a paru intéressante. L'oncle du roi des Belges actuel est un personnage profondément romanesque. "
...

" Au début, j'étais un peu dubitatif. Le sujet m'apparaissait fort éloigné des thèmes abordés dans mes précédents projets. Puis, l'idée de faire un film sur le roi Baudouin m'a paru intéressante. L'oncle du roi des Belges actuel est un personnage profondément romanesque. " Auteur, en 2009, du long métrage Le jour où Dieu est parti en voyage, évocation du génocide rwandais, et, l'an dernier, d' InSyriated, plongée dans le quotidien d'une famille syrienne piégée par la guerre - film couronné par six Magritte en février dernier -, Philippe Van Leeuw travaille non pas sur un biopic au sens propre, mais sur un moment historique précis et aigu de la vie de Baudouin : ce fameux 3 avril 1990, où le roi a fait trembler la Belgique en refusant de signer la loi dépénalisant partiellement l'avortement. A partir de ce noyau dur chargé d'intensité dramatique, le film se déploiera librement dans le temps et dans l'espace. Un angle qui, reconnaît le réalisateur belge, rappelle celui du réalisateur chilien Pablo Larrain dans son film Jackie (Natalie Portman dans le rôle de la First Lady dont le mari, JFK, vient d'être assassiné). " Il y aura donc des flashbacks, confirme l'auteur, car tout est imbriqué dans la trajectoire du roi Baudouin, personnage complexe. " Philippe Van Leeuw juge le projet délicat : " Je n'ai pas envie de donner du grain à moudre aux militants pro-life. Pour ces mouvements antiavortement, Baudouin est une figure de proue. En revanche, l'objection de conscience est un sujet passionnant. Le roi a invoqué un "grave problème de conscience", qui mérite le respect. " C'est le producteur français Dominique Besnehard qui, en août 2017, lors du festival du film francophone d'Angoulême, dont il est directeur général, a proposé le projet au réalisateur belge. " Besnehard y songe en fait depuis plus de quinze ans, raconte Van Leeuw. François Mitterrand lui a mis la puce à l'oreille. Le producteur accompagnait l'actrice Nathalie Baye à un dîner avec le président français. Ils ont parlé des monarchies européennes. Pour Mitterrand, les rois étaient des personnages décadents. Seule exception à ses yeux : Baudouin, qu'il considérait comme un saint. " Van Leeuw en est encore au stade de l'écriture du film, qui devrait bénéficier, confie-t-il, d'un financement français, belge et européen. " J'espère pouvoir le tourner en 2019. Il ne suffit pas de trouver le budget, faut-il encore que les acteurs pressentis soient disponibles au bon moment. "